Impact conflit politique sur une industrie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1444 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1 Pensez-vous que des considérations économiques liées à l’exportation de cacao ont joué un rôle dans le déclenchement de l’intervention militaire en Côte d’ivoire contre Laurent Gbagbo ?

En se resituant aux origines de la crise ivoirienne, nous pouvons considérer que l’intervention militaire en Côte d’Ivoire ne découle pas directement de considérations économiques liées à l’exportation decacao.
En effet, après la défaite de Laurent Gbagbo, le camp Ouattara qui fût élut et reconnu vainqueur de l’élection présidentielle de 2010 par la communauté internationale n’a pas fait directement usage de la force pour déloger Gbagbo du pouvoir.
La stratégie employée par Ouattara, fût d’utiliser la communauté internationale comme soutient, afin que cette dernière exerce des pressions sur lecamp Gbagbo, pour l’obliger à reconnaître sa défaite et ainsi quitter le pouvoir.
Pressions consistants :
à isoler sur la scène internationale Laurent Gbagbo, par la non reconnaissance de ce dernier et de son camp comme représentants légitimes de la Côte d’Ivoire.
à l’application de sanctions sur ce dernier et ses collaborateurs (exemple : interdiction d’entrée sur le territoire européen,annulation de l’immunité diplomatique…)
à mettre en place un embargo sur les exportations de café et de cacao, principale source d’entrée de devises en Côte d’Ivoire, afin de créer une adhésion de la population contre le camp Gbagbo.
C’est seulement après la mise en place de toutes ces sanctions et de nombreuses médiations de pays africain, qu’une intervention militaire est jugée inévitable pourdéloger Laurent Gbagbo du pouvoir ivoirien.
La dimension économique dans cette intervention militaire a néanmoins une importance, dans la mesure où les producteurs de cacao ne pouvaient plus vendre leurs productions à leurs clients européens, qui représentent 40% de leurs ventes et menaçaient de prendre parti pour le camp Gbagbo, dans un conflit armé qui prenait de l’ampleur jour après jour.Alhassane Outtara, après l’echec de méthode pacifique, n’avait plus le choix quand à une intervention militaire, sous peine de voir une partie de la population vivant du café et du cacao (environ 6 millions de personnes) se retourner contre lui.
Par ailleurs, nous pouvons également supposé, que l’UE a indirectement joué un rôle dans l’intervention militaire, puisque les entreprises européenneconsommatrice de cacao voyait le prix d’achat de cette matière augmenté sur le marché internationale, et donc subissaient un fort handicap économique.

2 Pensez-vous que la décision de l’Union Européenne d’interdire les exportations de Cacao des ports d’Abidjan et de San Pedro était une décision pertinente ? Cette intervention est-elle légale ?

Avant de répondre à la question de savoir si le faitque l’Union Européenne interdise les exportations de cacao des ports d’Abidjan, était une décision pertinente, nous devons tout d’abord nous interroger nous interroger sur les motivations de celle-ci, quand à la prise d’une telle décision.
Le 24 janvier 2011, Alhassane Ouattara ordonne l’arrêt immédiat de toutes les exportations de café et de cacao des ports d’Abidjan et de San Pedro, dans le butd’étouffer économiquement le camp Gbagbo. Cette décision étant symbolique, par le fait que l’administration Ouattara n’était pas encore concrètement au pouvoir et n’avait donc aucun moyen d’appliquer cette sanction.
L’Union Européenne, ayant reconnu le camp Ouattara comme vainqueur de l’élection présidentielle 2010 a dans un geste de soutient, interdit aux sociétés européennes de se fournir en cacaoivoirien (ces dernières représentants 80% des achats de cacao ivoirien).
A la vue de cet premier élément, nous pouvons considérer la décision de l’Union Européenne comme étant totalement pertinente, et en adéquation avec la stratégie de sanctions préalablement cités.
Néanmoins, cette décision a eu des répercutions importantes qui auraient pu nuire à la fois à Alhassane Ouattara, mais...
tracking img