Impact de la crise de tunisie à long terme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1554 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A long terme, l’offre va être obligatoirement diversifiée, notamment pour les spécialistes, premières victimes de la crise. En effet, suite aux évènements qui ont été dévastateurs pour leur entreprise, ils ont vu leur activité tourner au ralenti, voir cesser. Leur entreprise était donc fortement en danger. C’est pourquoi il est important de ne pas se focaliser sur une seule et uniquedestination, mais diversifier son offre afin d’avoir plus d’opportunités et justement de ne pas tomber dans ce genre de problème.
Les effets de la crise ont permis aux spécialistes de se remettre en question, d’évoluer, mais aussi de mettre en place ne nouvelles stratégies, d’apprendre de nouvellestechniques…bref, un mal pour un bien qui permettra de revaloriser l’image de ces destinations qui jusqu’à présent bénéficiaient d’une image négative.
Un bon nombre de Tour Opérateurs propose à présent des brochures consacrées entièrement à la Tunisie pour relancer la destination. Par exemple, Sun Marin, dans sa nouvelle brochure baptisée « L’été du Jasmin », propose une offre déclinée en 3 thèmes :* Des vacances familiales en hôtels clubs
* Des vacances bien-être au sein de centres de thalassothérapie et de remise en forme
* Des vacances « découverte » sous forme de séjours combinés avec des minis circuits.
La nouvelle production offre la possibilité de découvrir les différentesfacettes du pays, sa culture et ses traditions locales. En bref, rien de bien différent des offres proposées auparavant.
En outre, Sun Marin et d’autres professionnels du tourisme se sont associés à l’Office de Tourisme Tunisien en participant à la « journée du Jasmin » qui s’est déroulée le 21 mai sur laplace de l’hôtel de ville à Paris et qui a mis à l’honneur la Tunisie avec Tour Opérateurs, artisans, producteurs locaux…Cette initiative s’inscrit dans la série d’action de soutien de la mairie de Paris en faveur du peuple tunisien pour relancer l’économie et le tourisme.

Les acteurs du tourisme entendent également diversifier leurs offres et sont à la conquête de nouveaux marchés : hôtelsécologiques, allongement des promenades sur le Nil, sites inexploités dans le désert occidental, entre autres, sans oublier les marchés émergents, l’Inde et la Chine.
La Tunisie exploite le capital sympathie dont bénéficie la révolution du Jasmin pour relancer son industrie touristique. Les communicateurs de la destination invitent les touristes à bronzer sous le soleil d’une démocratie, alors que lesprofessionnels proposent déjà des « circuits de la révolution ». Après des évènements dramatiques s’en suit souvent une curiosité de la part des touristes de visiter « Le lieu » où se sont déroulés les faits. Le tourisme sombre correspond à toute forme de tourisme qui implique la visite de sites associés à la mort ou à la destruction ou qui sontsimplement macabres. La dénomination de ce type de tourisme et sa définition peuvent sembler loin de la réalité de voyage de la majorité, mais, dans les faits, beaucoup de touristes visitent de tels sites touristiques au cours d’un voyage. Voici quelques exemples permettant d’illustrer l’offre:
* Les sites tels que la prison d’Alcatraz, le cimetière duPère-Lachaise à Paris, Fort-Lennox ou la Maison d’Anne Frank à Amsterdam.
* Les sites sombres «éducatifs» tels que le site de la bataille de Gettysburg, le Musée international de la Croix-Rouge à Genève ou le nouveau Musée canadien de la guerre à Ottawa.
* Les sites à connotation plus sombre comme les camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale ou Ground Zero à New York.

En...
tracking img