Importation de monoi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4567 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

Sommaire…………………………………………………………………………………………………………1

I. Présentation de l’opération de l’importation…………………….……………….…2

A. Les raisons de l’importation du monoï en France………………………….……2

B. Le contexte de l’importation………………………………………………………………4

C. Les intermédiaires de l’importation……………………………………………………5

II. Les principales techniques à prendre encompte………………………….………6

A. Les incoterms………………………………………………………………………………..6

B. La logistique………………………………………………………………………………….7

1. En matière de transport aérien…………………………………………..……7

2. En matière de transport maritime…………………………………………10

3. En matière de passage en douane (régimes douaniers, formalités)…………………………………………………………………………….17

C.Les techniques financières…………………………………………….…………….20

1. Le risque de change……………………………………………………..………..20

2. Couverture de risque…………………………………………………….………20

3. Délais de paiement……………………………………………………………..…22

III. Bilan de cette importation……………………………………………………………..….23

Annexes…………………………………………………………………………………………………….……24Sources………………………………………………………………………………………………….……….25

I. Présentation de l’opération de l’importation

A. Les raisons de l’importation du monoï en France

Le produit n’existe pas sur le marché national Français de métropole pour des raisons structurelles et est très prisé par les consommateurs européens pour ses qualités et propriétés aux multiples fonctions.

Sur le territoire Tahitien (marché local limité), le monoï fait face à un marchéde consommation étroit…

A Tahiti, le monoï est considéré comme un produit de consommation courante, ancré dans les habitudes locales : on le trouve aussi bien en fabrication artisanale, que dans le réseau de distribution du commerce de détail (petits commerces de proximité, grandes surfaces…).Toutefois, le faible nombre de consommateurs potentiels limite son expansion.

Le marché du monoïreste essentiellement français, voire timidement européen. En revanche, pas une goutte d'huile sacrée sur la peau des Américains ou Japonais.

Les fabricants tahitiens jouent donc sur la qualité du produit « un concentré de rêve exotique ». Forcément, le marché paradisiaque du monoï et de la culture vahiné attise les convoitises.

Les propriétés du monoï

- Utilisé pour la formulation etla fabrication de soins cosmétiques

⇨ Hydratation

⇨ Nutrition

⇨ Régénération

⇨ Action réparatrice pour la fibre capillaire

La fabrication de monoï se fait à base d’huiles obtenues par macération de deux principaux ingrédients, tous deux originaires de la Polynésie Française : les fleurs de Tiaré et la noix de coco. C’est L’Huilerie de Tahiti qui s’occupe de la1ère phase de la fabrication : créée en 1968, c’est un établissement public détenu à 99 % par le pays. Elle dispose d’une usine de transformation du coprah d’une capacité de l’ordre de 20 à 25 000 tonnes par an. L’Huilerie de Tahiti a l’obligation d’acheter l’intégralité du coprah polynésien français à un prix fixé en conseil des ministres (actuellement 100 FCP le kilo de qualité).

Lafabrication

B. Le contexte de l’importation

Le secteur se compose de cinq entreprises associées au sein du Groupement interprofessionnel Monoï de Tahiti (GIMT). Il gère :

- la promotion du produit sur les marchés extérieurs
- la valorisation du produit
- la défense des intérêts de la profession

Pour assurer le financement du groupement, le GIMT bénéficied’une taxe parafiscale spécifique sur les exportations qui s'élève à 200 F CFP (1.67€) par kilogramme pour les exportations de monoï en vrac et 50 F CFP seulement par kilogramme pour le monoï exporté sous forme de produit fini afin d'inciter à une plus grande transformation locale.

Cette diminution était en partie imputable à la concurrence de...
tracking img