Incas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1963 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le personnage politique de Démosthène

I Le film de sa vie

Démosthène est né comme Philippe en 384. Son grand-père maternel avait longtemps séjourné dans cette région à laquelle lui-même était fort attaché. Venu à Athènes, son métier de logographe l’amena bien vite à participer à la vie politique de la cité. Démosthène passe à l’ecclésia. Grand orateur il sait se faire entendre de la foule.Grand patriote il veut la prépondérance économique, politique et intellectuelle d’Athènes.
En 354, il propose une réforme des sections où étaient groupés les citoyens assujettis à la « triérarchie » (impôt pour la flotte). A cette époque le modéré Eubule qui détenait le pouvoir combattit maintes fois sa politique. Ardent démocrate, Démosthène veut aller soutenir les Rhodiens révoltés contre leurreine après la mort du Roi Mausole et qui ont appelé les Athéniens. Eubule s’oppose à cette politique d’intervention. Il maintient aussi malgré Démosthène la neutralité d’Athènes dans la lutte qui oppose Sparte à Thèbes à propos de Megalopolis point d’appui de la puissance thébaine. Il est vrai qu’Eubule homme sage ne pense à recourir à la guerre qu’à la dernière extrémité, pour défendre lespoints vitaux de la puissance athénienne. Les autres conquêtes lointaines peuvent d’âpres lui être abandonnées.
Aussi après la prise de Méthone par Philippe en 354, si Eubule ne réagit pas, Démosthène qui a vu le Macédonien s’avancer en Thrace, descendre jusqu’aux Thermopyles où il s’est arrêté. Les Phocidiens et les Athéniens en 353 se rendent comptent du danger que fait Philippe fait courir à laGrèce et Démosthène prononce sa première Philippique où il insiste sur la nécessite d’aller porter la guerre chez Philippe.
En 349, c’est Olympe qui est attaqué par le Macédonien, d’où les 3 Olympiennes de Démosthène dans lesquelles il insiste plus que jamais sur la nécessité d’aller au devant des vues de l’ennemi. Olympe est prise en 348, une révolte a été fomenté en Eubée contre Athènes qui fautede moyens financiers pour faire la guerre est réduite à traiter. Une ambassade est envoyée vers Philippe à Pella comprenant Esclurie, Philocrate, Démosthène. Cette ambassade n’obtient rien de Philippe, elle revient à Athènes ou Eubule fait adopter un texte de traité aux termes duquel chacun gardera ses conquêtes au moment de la ratification. L’ambassade repart donc, les négociations traînent enlongueur. Philippe se décide seulement à faire la paix lorsqu’il a pris la Thrace, les Thermopyles, Delphes, et qu’il soit en sorte l’arbitre de la Grèce. Cette paix, dite paix de Philocrate est un échec sans précédent.
En 344, Démosthène prononce sa seconde Philippique, où il montre que Philippe est un danger non seulement pour Athènes, mais pour la Grèce tout entière et qu’il y va de la vie decelle-ci. C’est à ce moment que Démosthène obtient la réforme de la triarchie maintes fois réclamée et qu’il est chargé d’en assurer l’application. Aussi, quand en 340, Philippe met le siège devant Byzance, alliée d’Athènes. Celle-ci peut donner à Phocion une flotte avec laquelle il oblige Philippe à lever le siège.
Ensuite le danger se faisant de plus en plus pressent, Démosthène prône et obtientl’alliance avec les alliés, mais les alliés sont battus à Chéronée en 338. Démosthène, voit là l’écroulement de sa politique. Cependant après cet échec, sera-t-il écarté de la vie publique ? Non, car en 337 ; il est gouverneur.
A la mort de Philippe en 336, bien qu’ayant perdu sa fille, il réapparait en public et demande aux Grecs de reprendre la lutte, mais Alexandre paraît et tout rentre dansl’ordre.
En 335, le bruit ayant couru de la mort d’Alexandre, Démosthène soulève les Thébains. Alexandre détruit Thèbes et Athènes ainsi que l’orateur doivent leur salut qu’à la clémence du jeune prince. Puis après la mort d’Alexandre en 323 Antiporios détruit à Crémone l’armée grecque relevée et Démosthène se donne la mort pour ne pas être pris.

II L’homme
Ainsi, l’homme nous apparait...
tracking img