Incipit du horla de maupassant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1270 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Séance 1 : Lecture de l’incipit, la mise en place du récit.
Support, Le Horla, journée du 8 mai.

Questions :

1. Que pouvez-vous dire de la mise en page de ce récit ? Comment appelle-t-on ce genre de textes ?
Pourquoi l’auteur choisit-il cette forme ?
Le récit commence par une date. Il s’agit d’un journal.
L’auteur cherche à accréditer son récit, le présenter comme un documentréel.

Quand commence le journal ? Pourquoi cette date ?
Le journal commence le 8 Mai, car c’est à cette date que le narrateur remarque le passage du « trois mâts brésilien ». Ce bateau avait jeté le trouble dans l’esprit du narrateur : « je le saluai, je ne sais pourquoi (…) » Est-ce un indice du début de son aliénation ?

2. A quelle personne est écrit le récit ? Qui est le narrateur ? Quesait-on sur lui ? Délivre-t-il ses sentiments ? Quel est le point de vue utilisé ? Quel est l’effet produit ?
Le récit est écrit à la première personne. Le narrateur, présenté comme l’auteur du journal, en est aussi personnage.
Nous ne connaissons pas l’identité du narrateur. Nous savons simplement qu’il habite en Normandie. Il est originaire de cette région qu’il aime.

Le personnagedélivre ses sentiments :
- « Quelle journée admirable ! »
- « j’aime ce pays, et j’aime y vivre »
- « j’aime ma maison où j’ai grandi »
- « Comme il faisait bon ce matin ».

Ici, seul le point de vue du « je » est connu. Nous ne connaissons que ce que ressent et raconte le narrateur. Il s’agit d’un point de vue interne.

L’emploi de cette première personne a pour effet d’entraîner le lecteurdans l’intimité du personnage. Le lecteur va s’identifier et se sentir davantage concerné par l’histoire.

3. Quelles informations avons-nous sur le cadre spatio-temporel ? Là encore quel est le but du narrateur ?
Les noms de ville sont réels : Le havre, Rouen. Là encore, Maupassant veut donner l’illusion que son récit est vrai.

CONCLUSION :

Grâce à plusieurs éléments, cet incipit« fait vrai » :
- l’utilisation des lieux réels (Le havre, Rouen).
- Le texte est écrit sous la forme d’un journal. L’auteur cherche à présenter son œuvre comme un document réel.
- Le récit est écrit à la première personne selon le point de vue interne. Le narrateur devient un témoin direct.
Tout est mis en œuvre pour rendre le récit vraisemblable, crédible.

* Dès l’incipit, l’auteur chercheà nous faire croire à la véracité de son récit.
Il s’agit du premier procédé du fantastique : contraindre le lecteur à se demander si, en dépit du caractère « impossible » de l’histoire celle-ci ne serait pas malgré tout vraie.

Lorsque l’auteur privilégie les perceptions, les sentiments et les pensées d’un personnage en particulier, il adopte le point de vue interne. Le point de vue internelimite les informations aux perceptions et aux jugements du personnage. Le narrateur en sait autant mais pas plus que le personnage.

Séance 1 : Lecture de l’incipit, la mise en place du récit.
Support, Le Horla, journée du 8 mai.

1. Que pouvez-vous dire de la mise en page de ce récit ? Comment appelle-t-on ce genre de textes ?
Pourquoi l’auteur choisit-il cette forme ?
Quandcommence le journal ? Pourquoi cette date ?
2. A quelle personne est écrit le récit ? Qui est le narrateur ? Que sait-on sur lui ? Délivre-t-il ses sentiments ? Quel est le point de vue utilisé ? Quel est l’effet produit ?
3. Quelles informations avons-nous sur le cadre spatio-temporel ? Là encore quel est le but du narrateur ?

Séance 1 : Lecture de l’incipit, la mise en place du récit.
Support,Le Horla, journée du 8 mai.

1. Que pouvez-vous dire de la mise en page de ce récit ? Comment appelle-t-on ce genre de textes ?
Pourquoi l’auteur choisit-il cette forme ?
Quand commence le journal ? Pourquoi cette date ?
2. A quelle personne est écrit le récit ? Qui est le narrateur ? Que sait-on sur lui ? Délivre-t-il ses sentiments ? Quel est le point de vue utilisé ? Quel est...
tracking img