Incipit la peau de chagrin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1339 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire :
Introduction :
Ce texte est extrait du célèbre roman d’Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, publié en 1831. Faisant partie de la Comédie humaine, il s’insère dans ce grand projet édifiant entrepris par son auteur dans le but d’expliquer l’espèce humaine. Balzac fait donc figure d’anthropologue et de philosophe dans son œuvre. La Peau de chagrin appartient à la section « Etudesphilosophiques » où le romancier veut remonter aux causes tandis qu’il cherche également à expliquer le comportement de ses pairs. Nous avons coutume de lire cette œuvre comme un conte philosophique, marqué par le courant du roman noir et fantastique.
Il s’agira de nous demander comment Balzac met en œuvre les règles de l’incipit romanesque // quelles caractéristiques du roman cet incipit met envaleur // en quoi cet incipit permet d’entrer dans le roman d’une manière particulière et en quoi ce début marque déjà le caractère tragique de cette histoire. En effet, le thème du jeu comme arnaque et perte de soi-même, comme le thème de la jeunesse confrontée à celui de la vieillesse annoncent d’ores-et-déjà la tragédie de ce texte et sa fin.
1- Caractéristique d’un incipit : le texte, dèsle début, caractérise un personnage et un lieu médiocre. Le texte répond-il aux exigences de l’incipit ?
a- Le personnage
« Un jeune homme » mais nous n’avons pas plus d’informations si ce n’est qu’il possède un chapeau et qu’il se rend au « tripot » ; le peu d’informations sert à aiguiser la curiosité et l’intérêt du lecteur. Le personnage ne sera présente réellement que bien après et resterapendant de nombreuses pages au début, ce « jeune homme » inconnu mais étrange. L’autre personnage présenté est le « petit vieillard blême » qui parle sèchement au jeune homme. Dès le début, ces deux personnages s’opposent frontalement par leur périphrase ; avec le peu d’informations que nous avons sur ces deux personnages, même si elles sont peu nombreuses, le lecteur sait que ce sont deuxpersonnages opposés sur tous points. C’est comme si c’était le lecteur qui découvrait lui-même la scène puisque le narrateur pose un regard externe sur ces personnages.
b- Le temps
« mois d’octobre dernier » mais nous ne savons pas l’année, il n’y a pas de date exacte mais l’on sait par la suite que l’action se déroule en 1830. De même le peu d’informations rend le lecteur réel spectateur de la scène :c’est comme s’il voyait cette scène.
c- Le lieu
L’action se déroule au Palais-Royal, derrière le Théâtre français à Paris. Sous ses arcades, l’on trouve des maisons de jeu depuis le XVIIe siècle et ces maisons ont fait l’objet de condamnations morales. Le lieu est partagé entre la richesse et la misère dès la mention du Palais-Royal, un endroit ambigu, contrasté
2- Portrait et description : lenarrateur nous donne une vision bien particulière du tripot et du thème majeur abordé ici, qui annonce la tragédie qui suit.
a- le tripot est lieu de perdition.
En effet, rien que sa désignation est péjorative : c’est un nom familier, peu employé car l’on parle couramment de maison de jeu. Sa description est donc dégradante. Pourtant, ce lieu est un lieu régi par une loi : « la loi commence parvous dépouiller » ; c’est donc un monde bien particulier, privé, régi par ses propres lois, ce qui est inquiétant. Le joueur y est accueilli par « un tapis vert », qui symbolise l’entrée dans microcosme particulier.
b- critique ouverte de la société
Le narrateur fait une critique ouverte de la société : il en fait une satire. La société en est résumée à son « administration », à ses « polices » età ses « égouts sociaux », terme souvent employé par l’auteur pour désigner la société, où se mélangent diverses classes sociales. L’administration est décriée : « Sur ce point, l'administration garde un silence complet. » grâce à cette phrase ironique. De plus, la mention de cette « passion essentiellement imposable » montre que les joueurs sont atteints par des passions négatives. Balzac...
tracking img