Incipit l'etranger camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (980 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Albert Camus, écrivain majeur de la première moitié du XX° siècle, a publié en 1942 un roman étrange et polémique, L’Etranger, mettant en scène un narrateur, Meursault, qui faitle récit de sa vie. Cet extrait correspond au début de l’œuvre : Meursault relate la nouvelle de la mort de sa mère et les préparatifs de son départ pour la veillée funèbre et l’enterrement. Nousverrons d’abord en quoi cet incipit est déconcertant pour le lecteur, puis nous analyserons l’attitude assez surprenante du narrateur.

I) Un incipit déconcertant :

L’incipitdans un récit a souvent la même fonction qu’une scène d’exposition au théâtre : il s’agit d’informer le lecteur sur :
• Le lieu : en Algérie l.4 (le narrateur habite loin de l’hospice où il a placé samère). Les autres repères spatiaux donnent des indications sur son cadre de vie : « au restaurant chez Céleste » l.15, « chez Emmanuel » l.18. On a l’impression d’une vie bien réglée.
• Le temps :Un repère temporel conforte cette impression de routine : « comme d’habitude » l.15. Les autres marqueurs de temps montrent que le narrateur a du mal à ordonner les événements chronologiquement : le «aujourd’hui » du début est mis en doute par la 2° phrase du récit, reprise partiellement l.3.
• L’action : Les premiers mots du texte donnent une information capitale pour la suite du roman puisqueMeursault sera condamné pour n’avoir pas pleuré à l’enterrement de sa mère.
• Les personnages : notamment le personnage principal, narrateur qui dit JE l.1.
Il s’agit d’un incipit « in medias res» (au milieu des choses) car nous commençons par le récit de la mort de la mère du narrateur, mort qui intervient alors que celui-ci est déjà adulte. Néanmoins, ce début est pour le moins étrange pourplusieurs raisons. D’abord cette mort est rapportée d’une manière directe (sujet + verbe + attribut) et indifférente par le narrateur : le style quasiment télégraphique évacue tout registre...
tracking img