Individus et organisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2862 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Individu et Organisation
Enseignant: Frédéric Blondel

→ Modalité de validation :

Examen final ou dossier. À préciser.

Certains pères fondateurs de la sociologie ont inspirés la sociologie des organisations. La sociologie des organisations, Lusin Baglap – Gökalp, va constituer notre introduction. La sociologie des organisations de type européenne est une sociologie critique face aumanagement, elle le dénonce dans ses excès. La critique qui lui est portée réside dans sa volonté de contrôle de l'homme, de l'assigner à une tâche précise. A chaque fois qu'un personnel effectue une tâche, il est contrôlé – évalué. Rendre l'individu prévisible, c'est pouvoir compter sur lui, en rendant le travail attrayant on cherche à faire adhérer l'employé à la cause de l'organisation. Lasociologie des organisations s'est constituée pour dénoncer ces rapports de subordination.

→ Trois pères fondateurs :

Karl Marx, économiste et non sociologue du travail. Il nous dit que le moteur de l'histoire est le conflit entre les classes sociales. Le travail est un lieu de domination asymétrique ou l'ouvrier du XIVe siècle n'a que ses mains et son corps a offrir au travail, il ne peut serévolter car il est dans le besoin. Pour lui, le capital variable est l'humain, autrement dit le coup de la main d'œuvre. Les gains de productivités consiste à faire travailler plus rapidement les mêmes personnes avec les mêmes moyens ou les faire travailler autant et aussi bien, avec moins de moyen.
Max Weber, selon lui, le conflit bourgeoisie / prolétariat ne fait pas l'histoire, c'est le progrès oule désenchantement. On prend conscience de l'historicité du monde, il sera ce que l'on en fait. L'épanouissement de l'homme se fait sur terre. Par lui, la notion de réalisation personnelle par la travail va émerger et elle s'inscrire comme base du capitalisme. Il nous donne l'exemple de l'éthique protestante : l'angoisse de savoir si oui ou non l'individu est l'élu de Dieu, va le pousser à êtrevertueux et à accumuler des richesses. Cependant, la notion de jouissance est exclue, le capital acquis doit être réinvesti. Il va formaliser le pouvoir dans les organisations, il met en évidence que le pouvoir circule dans les organisations et les relations internes à ces dernières. Le pouvoir de faire faire à B ce qu'il n'aurait pas fait spontanément définit le pouvoir, ceux qui subissent lepouvoir reconnaissent dans l'autre des vertus spécifiques. Les rapports de pouvoir reposent sur la croyance selon laquelle l'autre possède des vertus / qualités qu'il faut suivre. Il distingue le pouvoir coutumier (rituels, coutumes, etc), du pouvoir charismatique (déléguer à autrui des pouvoirs – qualités spécifiques) et du pouvoir rationnel légal ou le pouvoir de la règle (règlement intérieur, etc)→ inventeur de la notion de « Bureaucratie ». […] Un agent c'est un vecteur de la règle, de la loi, etc.
Émile Durkheim, deux problèmes sont posés : la croissance démographique dans un premier temps. Ce développement produit une pression sur le développement des organisations. Il part du principe que l'homme est fondamentalement bon et qu'il a un soucis d'intégrer l'autre. Avec De la divisionsociale du travail, Durkheim met en évidence l'interdépendance des hommes à travers les sociétés. Il n'y a pas de rapport de domination mais il a un rapport d'inter-complémentarité. Selon lui, nous sommes passés de sociétés à solidarité mécanique à des sociétés à solidarité organique. Nous contribuons pour les autres, espérant que lorsque notre tour sera venu, nous pourrons compter sur la solidaritédes autres.

Edgar Morin va produire une théorie de la complexité des organisations. Selon lui, une organisation peut s'analyser de deux façons : macro ou micro-sociologique. Dans chaque partie, il y a une richesse des détails, le tout est plus riche que la partie. Le tout est plus riche que la somme des parties : l'addition des parties du tableau ne donne pas le tableau lui-même. Analyser...
tracking img