Industrie de la musique au quebec

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse de la demande et des tendances de marché de notre produit

Selon une enquête menée par l’observatoire de la culture et des communications du Quebec au sujet de la fréquentation des spectacles au Québec publiée en 2009, On remarque que l’assistance des representations payantes en arts de la scène connaît un bond de 5,8% en 2009. Ceci représente un nouveau sommet de puis le début del’enquête en 2004. En 2009, les revenus de billetterie connaissent une croisssance de 16%. Les revenus moyuens par spectateurs payant ( chiffre assimilable au prix moyen du biellet en excluant les taxes) augmentent de 10% ( de 38.15$ à 41.97$). Cela démontre calairement qu’il y a une croissance de la demande de spectacle.

Dans le domaine de la musique , qui inclut les spectacles de musique d’opéra,de musique contemporaine, de musique de monde et flolklorique, de jazz et de blues ( meme chanté) ainsi que les spectacles de musique populaire non chantée.

On remarque qu’en 2009, il ya aeu 2569 représentations comparitivement à 2008 soit, 2508. Il y a eu 1 578 040 bilelts disponibles comparitivement à 1 484 202 en 2008. L’assistanceétait de 975 749 en 2009 comparé à 954 076 en 2008. En toutles revenus de billeterie excluant les taxes était de 29 973 202 en 2009 comparé à 26 310 312 en 2008, soit une hausse de 13.9%

Depuis 2004, c’est invariablement Durant la période de juillet et août qu’elle est la plus élevé soit entre 18% et 21% des entrées annuelles. Cette période se caratérise par la presence des theaters d’été de spectacles à grand deployment et de nombreux festivals. Àl’inverse les mois de janvier et février sont les plus tranquilles avec 13% à 15% de l’assistance annuelle.

En 2009, les disciplines qui récoltent le plus grand nombre de spectateurs sont les varieties ( spectacles d’humour, de cirque, de magie, de comédie musicale et de music-hall ( concurrence), (31% des entrées) et le theatre (22% des entrées). Viennent ensuite la chanson Anglophone ( 16%) etla musique qui inclut les spectacles de musique d’opéra, de musique contemporaine, de musique de monde et flolklorique, de jazz et de blues ( meme chanté) ainsi que les spectacles de musique populaire non chantée soit ( 13%), la chanson francophone (13%) et la danse (4%). Pour la chanson francophones , c’est un retour à la croissance de leur assistance, après deux années de baisse.

En 2009, letaux d’occupation le plus élevé se retrouve du côé des spectacles de variété ( 79%) et chez ceux de chanson Anglophones ( 78%). ( point pour presenté à des lables americains pour faire venir leur artistes “ extension de marché). En comparaison, les spectacles de chanson francophone on un taux d’occuaption de l’Asssistance payante de 56% et la musique qui inclut les spectacles de musique d’opéra,de musique contemporaine, de musique de monde et flolklorique, de jazz et de blues ( meme chanté) ainsi que les spectacles de musique populaire non chantée de 52%.

Notons qu’en 2009, les revenus moyens de billeterie par spectateur payant pour la musique sont de 36.31$ ce qui inclut les spectacles de musique d’opéra, de musique contemporaine, de musique de monde et flolklorique, de jazz et deblues ( meme chanté) ainsi que les spectacles de musique populaire non chantée. Et de 32.81$ pour la chanson francophones avec une assistance moyenne de 376 personnes par présentation (indicateur pour le choix de la salle) et de 55.90$ pour la chanson Anglophones avec une assistance moyenne de 794 personnes par présentaition.( indicateur pour le choix de la salle). Notons qu’il y a eu plus derepresentations pour la chanson francophones en 2009, soit de 2612 par rapport à la chanson Anglophones 1475 mais le revenus de billeterie sont 2.2x plus élevés pour la chanson francophone.

On note d’ailleurs une reprise de la chanson francophone. La discipline “chanson” se divise en 3 genres de spectacles, soit la chanson francophones, la chanson aglophone et la chanson dans une autre...
tracking img