Industrie du sucre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1668 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La logistique dans l’industrie de l’extraction du sucre
Afin d’illustrer les différentes étapes constituant la logistique amont, nous utiliserons un cas concret : la filière sucre en décrivant sa fabrication depuis le producteur jusqu’au consommateur. Les étapes précédant le traitement proprement dit de la betterave font partie intégrante du procédé de fabrication mais se rattachent à lalogistique amont.

1) Stockage : Le stockage des betteraves s’effectue au bord des champs et en usine :- au bord des champs, il s’agit de « silos » qui ressemblent à de simples tas mais dont la structure (hauteur, largeur, orientation) est soignée afin de permettre une bonne aération de l’ensemble;- en usine, la capacité de stockage ne dépasse généralement pas 48 heures et permet un fonctionnementcontinu de l’usine, même en absence de réception de betterave, la nuit et le week-end. Les usines se chargent de l’organisation de la réception. 2) Réception Les betteraves sont payées en fonction du quota auquel elles correspondent et de leur teneur en sucre. En France, la plupart des usines utilisent maintenant le mode réception par « pesée directe » pour laquelle la quantité de sucre livrée estévaluée sur chaque camion. Une fois pesé, le chargement du camion est échantillonné par trois sondes placées au hasard.

L’échantillon (d’une masse de l’ordre de 200 kg) est pesé, lavé puis repesé. Le taux de « tareterre » est ainsi évalué. L’échantillon est ensuite manuellement décolleté et épierré, chacune des fractions étant pesée pour évaluer le poids net. L’échantillon est alorssous-échantillonné. Ce dernier est broyé et la pureté est évaluée par digestion à froid. De son côté le camion, après déchargement, est pesé à vide afin d’évaluer le poids brut de betteraves livrées. Le calcul de la quantité de sucre apportée est alors possible. Ce mode d’évaluation requiert une importante automatisation et une informatisation complète de la gestion des données. En fin de journée, le poids desucre livré à l’usine est évalué par silo et par planteur. L’importance de la tare dépend de la nature des sols mais également de la manière dont s’est déroulée la récolte (temps suffisant après une pluie) et le stockage (aire stabilisée en dur ou non). Depuis 19951996, des accords ont été signés avec les planteurs pour que le taux de terre intervienne dans le prix des betteraves par un système debonus-malus. Le bonus est destiné à promouvoir des actions en vue de faire progresser la propreté des betteraves. À titre d’exemple, en 2001, la tare déchet moyenne était de 27,3 kg/100 kg de betteraves propres [2].

3) Alimentation de l’usine Du point fixe ou de l’aire de stockage, l’alimentation de l’usine en betteraves peut s’effectuer de manière hydraulique ou à sec. Avec l’alimentation «hydraulique », l’abattage des betteraves s’effectue par des lances oscillantes (la pression utilisée est de 2 à 3 bar) avec de l’eau boueuse recyclée (il faut de l’eau boueuse car la densité des betteraves varie de 1,05 à 1,09). Les débits d’eau d’abattage (3 à 6 m3/t bett.) dépendent du diamètre des lances et de la pression. Les betteraves sont ensuite élevées du caniveau au poste de lavage par unepompe à betteraves ou une roue élévatrice. Cette technique présente l’avantage de ne pas briser les betteraves. Par contre, elle entraîne :
• • •

des pertes en sucre importantes dans l’eau de circulation d’où une forte augmentation de la DCO (demande chimique en oxygène); des risques de développements microbiens; des dépôts de pierres bouchant les caniveaux;



un manque de souplesse(pour l’augmentation de capacité notamment).Avec l’alimentation « à sec », les betteraves sont reprises de l’aire de stockage, soit par un chargeur à benne puis déposées sur un tapis, soit de manière automatique par une roue-pelle qui tourne en se déplaçant parallèlement au front du tas de betteraves. Ces dernières sont ensuite déversées par les godets sur un transporteur intégré à un pont...
tracking img