Infections nosocomiales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1777 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Infections urinaires hautes et basses + parasitologie

András HOZNEK
Praticien hospitalier

Service d’Urologie CHU Henri Mondor Créteil France Octobre 2004

Infections urinaires
Infections urinaires hautes
– – – – – – – – – – Pyélonéphrite Pyonéphrose Abcès du rein Pyélite Urétérites Cystite Urétrite Prostatite Orchi-épididymite Cavernite

Infections urinaires basses Classification des infections urinaires et des OG de l’homme
Localisation
– Communication entre les différents organes

Classification clinique
– – – – – – Cystite non compliquée Pyélonéphrite non compliquée Infections urinaires compliquées (avec ou sans PNA) Sepsis Urèthrite Prostatite, épididymite et orchite

Modificateurs: Groupes de patients
– Personne agé, co-morbidité

Infection urinairecompliquée?
Définition
– Homme – Patient âgé – Femme enceinte – – – – – Diabète, immunosuppression, insuffisance rénale Infection nosocomiale, antibiothérapie récente Patient récemment opéré Symptômes présents > 7 jours Facteurs anatomiques

Facteurs anatomiques favorisants
– Reflux vésico-urétérale – Vessie neurologique – Obstacle sous-vésical, résidu postmictionnel, stase urinaire – Corpsétranger, sonde, endoprothèse, lithiase

Infections urinaires non compliquées

Infections urinaires non compliquées
Cystite simple chez la femme non ménopausée, non enceinte PNA chez la femme non ménopausée, non enceinte Infections urinaires récidivantes de la femme Infections urinaires pendant la grossesse Infections urinaires chez les femmes ménopausées Infections urinaires chez l’homme jeuneGermes: – E. coli: – Staphylocoque – Proteus mirabilis – Klebsielle 70-95% 5%

Cystite aigue, simple
Femme non ménopausée, non enceinte Diagnostic
– Signes cliniques – Bandelette: pyurie, nitrites, hématurie – ECBU n’est pas obligatoire

Traitement: (guérison dans 50-70% das cas sans traitement)
– Durée optimale du traitement: 3 jours
• • • • Bactrim: Quinolones: Clamoxyl: Fosfomycine:(Monuril) résistance coût moins effectif ? Peu d’études

Surveillance:
– Bandelette – Pas de bénéfice de détecter une infection urinaire asymptomatique (sauf chez femme enceinte, ou avant chirurgie)

Pyélonéphrite simple
Femme non ménopausée, non enceinte

Définition
– Inflammation du bassinet et du parenchyme rénal – E. Coli 80% des cas

Tableau clinique
– – – – – Fièvre (>38°C),frissons Douleur lombaire, douleur abdominale Ileus, nausées, vomissements Dysurie, impériosités, pollakiurie Infection urinaire (bandelette)

Algorithme de prise en charge
Tableau clinique: Fièvre, lombalgie, pyurie Nausées, vomissements, signes de septicémie

NON
Prise en charge ambulatoire ECBU Échographie, ASP Traitement p.os: 7-14 jours •Fluoroquinolones •Clamoxyl •Cephalospirine G3 •BactrimForte (si sensible)

OUI
Hospitalisation ECBU, hémocultures Échographie, ASP Antibiotique parentérale 1-3 jours •Fluoroquinolones •Cephalosporine G3 •Amonoside Durée totale du traitement: 14-21 jours

EAU guidelines for the management of urinary and male genital tract infections. Urinary Tract Infection (UTI) Working Group of the Health Care Office (HCO) of the European Association ofUrology (EAU).

Algorithme de prise en charge
Tableau de PNA
Échographie+ ASP Négative Anomalie parenchymateuse Dilatation des CPC ou lithiase urétérale

Amélioration dans les 48 heures

NON

TDM (abcès?)

Dérivation urinaire 1. Sonde urétérale 2. Sonde JJ

OUI
Continuer le traitement p.os. Continuer le traitement jusqu’à disparition des lésions Continuer le traitement pendant 4-6semaines puis traiter la cause

Infections urinaires non compliquées récidivantes de la femme
Définition: plus que 4 épisodes par an Prévalence: 10-20% des cystites Facteurs de risque:
– Génétiques (Adhérance d’E.Coli) – Comportementales

Traitement
– Chercher une cause organique – Antibioprophylaxie prolongée
• • • • Bactrim Forte 1cp tous les deux jours Furadantine 1 cp (50m) / j Noroxine...
tracking img