Instant fatal - queneau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (956 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
5°OBJET D’ETUDE : La poésie
« Pour un art poétique » L’instant fatal QUENEAU (20°)

L’auteur : Queneau (1903 – 1976) participe au mouvement surréaliste. A la fois mathématicien, romancier,dramaturge et poète, il explore sans cesse toutes les possibilités du langage à travers ses œuvres
Œuvres : Exercices de style, Zazie dans le métro, Les fleurs bleues
Le texte : fut publié en 1947 dans lerecueil l’Instant Fatal. Il évoque sur le ton humoristique le thème de la création poétique.
Problématique : quelle conception de la poésie illustre ce texte ?
I) La poésie est un jeu sur lelangage
II) la poésie est une réflexion humoristique sur elle-même

I) La poésie est un jeu sur le langage : le poète joue sur le l’énonciation et sur les mots
1) Le jeu surl’énonciation : le poème est « mis en scène » un peu comme au théâtre par une double énonciation.
a) Le poète est à la fois l’ émetteur et le destinataire :
- il utilise la 1°personne dusingulier en tant qu’émetteur « j’ai envie/je t’enfile… »
- il s’adresse à lui-même et au lecteur dans une sorte de monologue humoristique.
b) Le poème est aussi le destinataire :- le poète s’adresse au poème sur un ton injonctif « viens ici » (X3 en anaphore)
- le poème est personnifié « en voilà un qui passe », comparé à un enfant ou plutôt à unpetit animal sauvage « petit, petit, petit » qu’il voudrait apprivoiser
2) Le jeu sur les mots : le poète exploite les différents niveaux de langue, la polysémie et les néologismes.
a)Niveaux de langue :
-le poète utilise le langage familier, habituellement banni en poésie classique « la vache/il a foutu le camp » 
-mais ce langage familier se mêle à desfigures poétiques comme la métaphore « viens ici que je t’enfile/sur le collier de mes autres poèmes » ( comparé : le poème/comparant une perle).
b) La polysémie : il utilise aussi la...
tracking img