Institution et vie politique - Machiavel le Prince

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1925 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Institution et vie politique


UE : 3 Options
Deuxième semestre
Première session Mai 2010
Élève : Maeva PB

LICENCE 1ère année
Sciences Humaines, sociales et gestion
Mention INFORMATION COMMUNICATION

Nicolas MACCHIAVEL.


PRÉSENTATION DE L’AUTEUR

Nicolas Machiavel est né le 3 Mai 1469 à Florence, en Italie, de Bernard Machiavel, trésorier pontifical à Rome et docteur en droitet de Bartolome de Nelli, de la noblesse italienne.
Il devient, en 1498 secrétaire de la deuxième chancellerie des Dix et mène de nombreuses missions diplomatiques tant en Italie qu’ à l’étranger.Il se fait alors une opinion sur les mœurs politiques de son époque.
Les Médicis reviennent au pouvoir en 1512 et Machiavel soupçonné d’avoir conspiré est torturé, jeté en prison, banni de Florence etcondamné à l’exil.
C’est pendant cet exil qu’il rédige « Le Prince » en 1513, dédicacé à Laurent II de Médicis, afin de retrouver une place dans la vie politique de Florence.
Pour lui la politique n’est pas un savoir mais un art et il donne des règles de conduite pour ceux qui gouvernent, tout en restant humble et sans présomption.
« il faut être prince pour connaître le peuple et être dupeuple pour bien connaître les Princes ».
Il revient à Florence en 1514, écrit une comédie « La Mandragne » en 1518, puis commence l’histoire de Florence en 1520 à la demande du Cardinal Jules de Médicis. Il l’achève en 1526 et cette œuvre est considérée comme la première annonçant le matérialisme historique de Marx, chef d’œuvre d’analyse politique et économique.
En 1527 à l’avènement de larépublique, il est encore disgracié à cause de sa compromission avec les Médicis.
Il meurt le 21 Juin 1527 à Florence
Son livre «  LE PRINCE » sera publié en 1532, cinq ans après sa mort !

COMPOSITION DE L’OUVRAGE:


Dans sa dédicace Machiavel explique qu’il veut faire un présent à son Prince et lui offrir ce qui est le plus précieux à ses yeux. Il décide donc de lui faire le condensé de ce qu’ila appris tant par son expérience politique durant sa vie que par l’étude assidue des temps anciens.Par cet ouvrage il lui offre la possibilité de comprendre les règles du pouvoir et les moyens de le conserver.
Cette oeuvre est divisé en 26 chapitres, dont chacun est composé d’idées majeures souvent reprises d’un chapitre à l’autre mais sans enchaînement réel entre eux, avec des exemplesconcrets soit de l’antiquité à laquelle il se réfère soit de la vie italienne de l’époque.

La première partie nous explique qu’il y a différentes formes d’Etats, les républiques et les principautés.
Les principautés sont, soit héréditaires, celles qui appartiennent à la famille de leur prince, soit nouvelles, acquises soit par les armes soit par la fortune soit par l’ascendant de la vertu.
Lamonarchie héréditaire n’a aucune difficulté ni à gouverner ni à garder le pouvoir, étant aimé et respecté par ses sujets. Il sera plus aisé de gouverner un pays de même langue et de même culture, par contre il sera difficile de s’enraciner hors de sa nation (réf. à Louis XII) , à moins de s’y installer et de recréer son propre pays.
Machiavel traite des moyens de conquérir les principautés, soit parses propres armes, soit par son talent, soit par sa fortune, soit par les armes d’autrui. Il est souvent plus facile de les acquérir que de les conserver.
Au IX° chapitre, il fait la différence entre un Prince élu par les grands et celui élu par le peuple. Le premier aura plus de difficultés car les grands sont ses égaux, ils pourront êtres manipulés, sous doyés, achetés alors que le peuple esthabitué à être dirigé et restera fidèle.
X° chap. le Prince doit se forger une armée solide et forte, capable de le défendre en toute occasion.
XI°chap. Le pouvoir religieux doit participer à la domination du Prince. Machiavel y dénonce la corruption de la cour pontificale et la mauvaise influence des religieux sur les Princes. Il accuse l’église d’être responsable de la faiblesse militaire...