Institutions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1498 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 octobre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
En 1992, le traité de Maastricht impose le droit de vote aux élections locales de tout citoyen de l’Union où qu’il réside en Europe.
L’argument inspiré de la révolution américaine (no taxation without representation) consistant à dire que « puisque les étrangers payent des impôts, ils doivent pouvoir voter » est totalement fallacieux. En effet, il y a déjà une contrepartie aux impôts, ce sontles diverses prestations dont ils bénéficient (école, sécurité, santé, justice…).
Cet argument ne tenant donc pas, d’autres trouvent la justification de cette mesure par le fait de payer des impôts. Les limites de cette position c’est que le lien est ténu entre citoyenneté et paiement de l’impôt…ne serait-ce pas à contrario considérer que ceux ne payant l’impôt doivent être exclus du droit de vote,avec le risque d’un retour au suffrage censitaire ? Faut-il maintenant payer des impôts pour avoir le droit de voter ?
Ce projet de loi n’a pas lieu d’être en ce moment, c’est un sujet qui divise les Français et d’autres problèmes plus importants (chômage, crise, logements) concernent le pays.
Accorder un droit de vote a des étrangers serait diminuer l’importance de la citoyenneté.
Ceux quisouhaitent vraiment obtenir ce droit de vote aux élections municipales peuvent demander la nationalisation ou la double nationalité s’ils tiennent absolument à conserver leur nationalité d’origine. De plus si un étranger réside en France pour une durée courte alors il n’a pas le temps de s’impliquer totalement dans les élections locales, alors qu’un étranger résidant longuement sur notre sol, dontparlant la langue française, doit s’il veut participer à la vie politique locale demander la double nationalité. Préférence pour une politique d’intégration totale des étrangers, par le biais des procédures d’acquisition de la nationalité, plutôt que pour une intégration partielle et incomplète, se limitant à l’octroi du droit de vote.
Par ailleurs, le vote des étrangers aux municipales a uneinfluence sur l’élection des sénateurs.
Alors que l’identité française est constamment mise à mal, que tout ce qui soude les Français s’effrite peu à peu, on les force à partager un droit qui leur est commun et qui contribue à maintenir un sentiment d’appartenance à la nation française !
Accorder le droit de vote aux étrangers aurait pour regrettable effet d’affaiblir l’intérêt de l’appartenance àl’UE puisque les citoyens communautaires ne bénéficieraient plus d’avantages spécifiques par rapport aux étrangers ressortissants d’un Etat non membre, résidant sur notre territoire.

Fillon (le figaro)"Je dis aux Français: il ne faut pas se laisser abuser. Il n'y aura pas de droit de vote des étrangers aux élections locales pour une raison très simple: c'est une réforme constitutionnelle quinécessite une majorité des les trois-cinquièmes du Parlement ou un référendum"
«François Hollande enterre le droit de vote des étrangers», a déclaré Rachida Dati en référence aux déclarations du chef de l'Etat sur le sujet lors de sa conférence de presse. «C'est une stratégie politique, elle ne sera jamais voté», estime celle qui dit avoir été «favorable à cette loi». «Je ne trouvais pas ça absurde,mais j'ai changé d'avis parce que l'évolution en terme de politique d'immigration et d'intégration est un fiasco depuis 30 ans. Aujourd'hui, nous serions en proie à des groupes communautaires». Pour elle, «le sujet de l'intégration est un échec».
Copé (le monde)Sur le fond, j'y suis résolument opposé. Le droit de vote des étrangers, qui établit un lien entre nationalité et droit de vote, n'est pasdans notre tradition républicaine. Quant à la méthode, elle est méprisable : encore une manœuvre politicienne à l'approche des municipales pour diviser les Français, faire monter le FN et instrumentaliser les étrangers qui vivent en France. Personne n'est dupe de cette méthode mitterrandienne.
Sur le fond, j'y suis résolument opposé. Le droit de vote des étrangers, qui établit un lien entre...