Instrument de la politique de credits

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3124 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l’Afrique de l’Ouest
Par : Union Monétaire Ouest Africaine Publication : Octobre 1989 17 pages

Depuis le 1er juillet 1975, date d'entrée en vigueur de la politique monétaire issue de la reforme des institutions de l'Union Monétaire Ouest Africaine1 intervenue en 1973, de profondes mutations ont affecte aussibien l'environnement international que les économies des pays de l'Union. L 'environnement mondial est devenu plus incertain, du fait notamment de la conjonction de perturbations dans le système monétaire international et de la montée des innovations financières, conduisant à des modifications importantes dans les méthodes de gestion de la monnaie. Au plan intérieur, les Etats membres de l'Union, àl'instar d'autres pays en voie de développement, ont engage des le début des années 1980 des politiques d'ajustement et de restructuration afin de faire face à la crise économique et financière. Dans ce contexte, l'adaptation des instruments de gestion de la monnaie et du crédit dans l'U .M.O.A. est apparue nécessaire. Les réflexions menées à cet effet au sein de l'U .M.O.A. auxquelles ont étéassocies la communauté bancaire, les opérateurs économiques, le monde universitaire et certains partenaires de I'extérieur, ont mis en relief trois exigences majeures : 1

l'indispensable réduction du rôle de la monnaie centrale au profit d'une mobilisation accrue de l'épargne intérieure ; la mise en harmonie des règles de gestion monétaire avec l'organisation de l'activité économique et le cadrede l'environnement international ; la recherche de mécanismes flexibles de régulation monétaire associant le relâchement des contraintes administratives à un renforcement de la

L’Union Monétaire Ouest Africaine regroupe sept Etats : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

surveillance bancaire, dans le cadre d'une libéralisation graduelle dumarche du crédit et tenant compte des contraintes spécifiques aux pays de l'Union, notamment l'appartenance à une zone ouverte ainsi que la fragilité des structures économiques et financières . Se fondant sur ces considérations, les instances compétentes de l'Union, le Conseil d' Administration de la B.C.E.A.O et le Conseil des Ministres de l'U.M.O.A, ont apporte des aménagements appropries a lapolitique monétaire en leurs sessions extraordinaires du 31 juillet 1989 et du 1er août 1989 tenues à Lomé. Au cours de leurs réunions des 18 et 19 septembre 1989, ces instances ont adopté les nouvelles directives de politique générale de la monnaie et du crédit, ainsi que les règles d'intervention de la Banque centrale. quel est le nouveau dispositif de la politique monétaire et quelles sont lesrègles d'intervention de la Banque centrale ? I. Les Nouveaux instruments de politique monétaire

La nouvelle politique monétaire s'appuie désormais sur des règles et des instruments permettant : d'assurer un meilleur contrôle de la liquide globale de I'économie ; de promouvoir la mobilisation de I'épargne ;

de veiller à la qualité des crédits distribués en favorisant le financement des secteursporteurs de croissance . De plus, la réglementation bancaire sera révisée afin de renforcer I'organisation et la surveillance de I'activité bancaire. L'objectif est de contribuer au processus d'ajustement et de restructuration des économies des Etats de I'U .M.O.A. en créant des conditions appropriées pour assurer le financement sain et durable de la croissance et du développement. Dans cetteperspective, les contrôles quantitatif et qualitatif des crédits, la politique des taux d'intérêt et une surveillance efficace du système bancaire, revêtent une importance particulière. Le Contrôle de la liquidité globale de I'économie La sauvegarde de la valeur de la monnaie commune est essentielle pour assurer les conditions d'un financement sain de l'économie. Aussi, importe-t-il de veiller à la...
tracking img