Interet litteraire "voyage au bout de la nuit"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2747 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Intérêt littéraire

La vision du monde que donne le roman est noire mais sa lecture est enthousiasmante parce qu'on découvre une grande œuvre où une langue nouvelle, un style nouveau sont inventés. Écrit à la première personne, parsemé de points de suspension et noyé sous les constructions grammaticales populaires, “Voyage au bout de la nuit” reprenait le «roman parlé» inauguré par Zola dans“L'assommoir”, où l'auteur se départit de son langage pour donner l'illusion que le récit est écrit dans la langue des personnages. Le «roman parlé» est le fruit d’un travail très concerté qui aboutit à une écriture hybride dont la «vérité» linguistique serait à discuter.
Contrairement à ce que pourrait laisser croire le résumé, le roman n'est pas tant une suite d'événements qu'une suite de phrases,la pensée de Bardamu se déroulant devant nos yeux de manière continuelle, à l’intérieur d’un présent continuel, sans retours en arrière ni bonds en avant, avec, comme résultat, toute l'émotion de la parole en gestation.
On est retenu ligne à ligne par la force continue des invectives, le détail des trouvailles, les réussites d'expression. Elles restent habituellement dans les limites du françaisécrit surtout quand ce sont des images. Mais l'impact principal est dû à l'emploi du français populaire, que Céline réintroduit dans la littérature par un choix révolutionnaire.
Le français populaire avait été, pendant trois siècles, banni de la littérature française à laquelle Céline s'oppose donc mais qu'il n'ignore évidemment pas car il est cultivé. Des allusions peuvent être détectées :
- latraduction parodique d'une lettre de Montaigne (page 289) lui permet de souligner ce qui les sépare sur le plan linguistique et moral ;
- le détachement moqueur à l'égard des moralistes classiques : « De nos jours, faire le La Bruyère c'est pas commode » (page 397) ;
- l'allusion à Jean-Jacques Rousseau ;
- les allusions à Baudelaire : « La nuit est sortie de dessous les arches » (page 288)qui rappelle : « Surgir du fond des eaux le Regret souriant
Le Soleil moribond s'endormir sous une arche » (‘’Recueillement’’).
Comment Céline ne serait-il pas sensible à la thématique baudelairienne de la nuit qui tombe sur la ville, lui à qui la nuit fournit le thème-symbole de tout son roman? De plus, « gros divan plein de parfums » (page 404) est un écho plein de dérision auxdeux premiers vers de ‘’La mort des amants’’).

Le choix de la langue populaire s'explique parce qu'on ne peut rendre compte de l'inhumanité du monde moderne dans la langue de ceux qui sont du côté du pouvoir, la langue écrite enseignée à l'école, la langue officielle qui a partie liée avec l'ordre social, qui est la langue de la classe dominante, du conformisme bourgeois, de ceux qui, pours'assurer un pouvoir sur autrui ou pour poursuivre un intérêt personnel, manient la rhétorique traditionnelle, un discours emphatique, enflé et vide, destiné à intimider, se donner de l'importance, imposer son autorité. Il faut, pour dénoncer l'injustice sociale, utiliser la langue des victimes, le français populaire qui n'avait figuré jusque-là, chez Zola par exemple, que dans les dialogues, dans labouche de personnages populaires, la narration restant évidemment en français correct. Or, chez Céline, le point de vue étant subjectif, le narrateur étant un personnage, ce personnage appartenant au peuple ou adoptant sa langue, l'emploi, tout au long du livre, de la langue populaire est justifié.
La langue populaire, fautive et inférieure, a beaucoup de saveur, de comique, d'expressivité,d'invention. Céline restitue d'abord les tics du parler quotidien et populaire. Puis il va jusqu'à choisir délibérément les mots et les tournures que bannit l'usage officiel, souvent pour provoquer le rire qui est un moyen de défense, toute situation pouvant être comique par la manière dont il en parle. Il recourt parfois à l'argot, la langue des individus qui se sont affranchis du respect des...
tracking img