Internet et le management de projet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 58 (14300 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[Type the company name] |
Internet et l’évolution du management de projet
|
|

|

Sommaire

I. Introduction : 4
II. 2010, une année charnière : 5
A. L’information sur le web 6
i. La presse en ligne tâtonne 6
ii. L’arrivée en puissance du mobile 8
B. Les réseaux sociaux 9
i. Les réseaux sociaux pour les entreprises 9
ii. Les réseaux sociaux par et pour les utilisateurs.10
C. La taxe « Google » 11
i. De quoi s’agit –il ? 11
ii. Une mise en place difficile 12
D. Conclusion : 13
III. Les business models du Web : 13
A. Les Business models des sites d’informations et culturels: 14
i. Le freemium 14
ii. L’abonnement 16
iii. La Publicité 17
B. Les business models des sites e-commerce 20
i. La désintermédiation 20
ii. Les courtiers : 22
iii. Les producteursde biens et services 24
iv. L’affiliation 26
C. Les sites communautaires 27
D. Conclusion : 29
IV. La gestion de projet web 30
A. La gestion de projet 30
i. La base des méthodes classique 31
ii. Les différentes démarches classiques 32
iii. Conclusion : 37
B. Les projets sur Internet : rapides et Personnalisés 38
i. Les méthodes agiles pour Internet 38
ii. Les artisans du web 41
V.Conclusion générale 41
VI. Annexe 43
Annexe 1 – E-Publicité 43
Annexe 2 – Adwords 44
Annexe 3 – Adsense 45
Annexe 4 – SEM & SEO 46
Annexe 5 – Le cycle en V 47
Annexe 6 – Les méthodes agiles 48
VII. Sitographie 48

I. Introduction :

Pendant ma période de césure et tout au long de mes stages, j’ai travaillé sur des problématiques touchant le Web et la gestion de projet, que ce soitchez Renault ou bien sûr chez Premiere.fr (un site de 3,4 millions de visiteurs uniques appartenant au groupe Lagardère). Etant donné que les méthodes de management et le fonctionnement des équipes étaient complètement différents (entre Renault et Lagardère mais aussi entre Renault et les SSII qui travaillaient comme prestataires, ou même encore entre Lagardère et certains de ces clientsclassiques), je me suis demandé si cette différence était dû à la diversité des cultures d’entreprises ou à l’environnement du secteur des entreprises Web : un environnement considéré comme plus dynamique, plus jeune, plus évolutif.
Progressivement, en m’intéressant, mais aussi en travaillant sur de plus gros projets, chez Premiere.fr (équivalent à ceux que j’avais développé chez Renault en terme demoyens), je me suis rendu compte que si l’on considérait ce secteur comme dynamique (et attirant pour les jeunes), c’est parce que ces entreprises ont développé en interne un cadre (comprenant les méthodes de management et de gestion de projet) complètement divergent par rapport à ce qui existait jusqu’alors. Un nouveau cadre qui a ensuite modifié la culture des entreprises (et non l’inverse).Cependant, si ce cadre a été mis en place, c’est moins par volonté que par nécessité. Une nécessité qui est né d’une part, à cause de l’environnement du Web (clients exigeants et non techniciens, mais aussi les entreprises concurrentes – mondiales- qui travaillent déjà comme ça et qui peuvent attirer non seulement les clients mais aussi de possibles employés), et d’autre part, à cause d’une nouvellemanière de penser l’économie et la manière de faire de l’argent. La chaîne de création de valeur a donc été modifiée.

La question de ce mémoire est donc de savoir précisément :
Pourquoi et comment Internet à fait évoluer le management de Projet ?
A travers cela, on se posera des questions sur l’influence de la compétition féroce qui règne sur Internet (et qui à été renforcée en 2010) surle management de projet. On se demandera également pourquoi les nouveaux modèles économiques, développés dans cet univers de compétition, ont crée de nouveaux besoins en interne (que ce soit dans la création de nouvelles structures mais aussi dans la manière de les animer autour d’un projet). Enfin, on étudiera pourquoi les méthodes classiques ne pouvaient pas répondre à ces besoins, et donc...
tracking img