Intervention de l'etat dans une economie de marché

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2630 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'État est-il nécessaire à une économie de marché ?
La théorie libérale, fondée sur le dogme du marché autorégulateur, considère que l'Etat doit se cantonner à ses fonctions régaliennes d'administration, de justice et de défense. De leur côté, les différentes écoles néo-classiques considèrent qu'il incombe à l'Etat de corriger les imperfections de la régulation par le marché. Cette vision a étédepuis remise en cause, notamment au vu des événements des dernières décennies.

I. L'intervention de l'État dans l'économie... et ses limites
1°) La crise de l'Etat-providence
Avec l'arrivée de la crise, L'Etat a connu une crise d'efficacité. La dette publique a suivi une courbe quasiment exponentielle. De plus une administration trop lente, mal organisée a provoqué le rouillage del'appareil d'Etat.
L' Etat s'est révélé incapable de résorber la crise, aussi bien du côté du chômage que de l'inflation. Cette crise d'efficacité se double d'une crise de légitimité, de confiance.
Les gens n'ont plus confiance en un Etat " boîte-noire "(P.Rosanvallon), sans transparence. De plus la crise de la solidarité a remis en cause les valeurs et les mécanismes de redistribution de l'Etat.2°) Les théoriciens libéraux face à l'Etat
Friedman fait une analyse monétaire de l'intervention étatique : il en ressort qu'elle est synonyme d'inflation d'une part à cause des politiques de relance inefficaces et ensuite à cause du déficit budgétaire.
Les néo-libéraux pensent eux aussi que trop d'intervention étatique est nocif à l'économie. Tout d'abord, par sa fonction de redistribution,l'Etat ne favorise pas l'investissement. De plus, si les impôts sont trop élevés, d'après la courbe de Laffer, les agents diminuent leur production.
Enfin, les différentes aides sociales peuvent dissuader les individus de travailler, d'où baisse de la production. Les politiques de type keynésiennes sont inflationnistes.

3°) La déréglementation et la perte d'autonomie de l'Etat
L'ouvertureéconomique passe par une perte d'autonomie des politiques économiques et financières et leur harmonisation, sans quoi elles sont vouées à l'échec. De plus avec la globalisation financière le flux des capitaux n'est plus contrôle.
Depuis les années 80, on assiste à une déréglementation générale touchant aussi bien le monde des entreprises avec la disparition de la plupart des monopoles, une plusgrande flexibilité en matière de droit du travail et de façon générale à la fin de l'encadrement des entreprises.
Enfin, la libéralisation des prix et des salaires participe aussi à ce mouvement de dérégulation.

II) Mais l'État semble devoir jouer certains rôles au sein de l'économie
1°) Une autorégulation par le marché parfois inefficace
D'autres économistes dont Keynes voient dansl'Etat une sorte de rempart de sécurité contre les imperfections du marché parfois responsables de récessions et de crises. L'Etat doit alors se substituer au marché afin de résorber celles-ci. " Il peut être nécessaire de modérer ou de diriger le libre jeu des forces économiques "(Keynes). Stabilisation de la conjoncture.

2°)Les indivisibilités
Certains biens et services, notamment collectifs,doivent être fourni par l'Etat. Cétait déjà le sens de l'analyse de Smith. Paul Samuelson les définit comme des biens indivisibles. Notamment, les services dont la rentabilité est réduite, voire neutre, doivent être pris en charge par l'État.

3°) La libre-concurrence
L'État doit faire respecter la concurrence. En effet dans une économie de marché, la tendance est à une concentrationeffrénée, conduisant à des situations de monopoles où d'oligopoles. Lorsqu'une entreprise est en situation de monopole, il convient soit de la nationaliser, soit de contrôler les prix ,soit, en dernier recours, lorsqu'il y a abus de position dominante, de la morceler(ATT, Microsoft... ?)

Entre un État Léviathan et un État inexistant, une troisième voie se démarque. Le marché actuel ne semble pas...
tracking img