Interview avec diderot +citations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Rencontre avec Diderot :

Philosophe, romancier, essayiste, dramaturge, critique d'art, polémiste mais aussi épistolier : Diderot Denis est un auteur aux multiples facettes. Il nous fait aujourd’hui l’honneur de répondre à toutes nos questions.

- Laura Jules : Pour commencer, comment pouvez-vous nous définir votre réalisation qui est l’encyclopédie? Est-elle réellement achevée?
-Denis Diderot : Tout d’abord « le but d'une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre; d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de les transmettre aux hommes qui viendront après nous. » Je pense donc qu’elle est un bon moyen de diffuser son savoir à travers le monde et ainsi le transmettre de génération en générations, c’estainsi que nous nous sommes lancés dans ce projet avec d’Alembert. J’en remercie mon père de m’avoir fais par de ses préoccupations morales ainsi que son intérêt pour la technique qui m’a beaucoup aidé durant ma rédaction. Cet accomplissement m’aura réellement pris vingt ans de ma vie, mais je suis aujourd’hui fière de cet achèvement.

- Laura Jules : N’êtes-vous pas un homme à femmes ?
-Denis Diderot : Je vous répondrais très simplement en vous demandant si l’on « est maître de devenir ou de ne pas devenir amoureux? Et quand on l'est, est-on maître d'agir comme si on ne l'était pas? » J’ai bien sûr connu plusieurs femmes avec qui je suis tombé réellement amoureux telle que Sophie Vollant que j’ai rencontrée par l’entremise en mon ami, Jean-Jacques Rousseau.

- Laura Jules :Expliquer nous ce qu’est un philosophe ?
- Denis Diderot : Et bien « ce qui caractérise le philosophe et le distingue du vulgaire, c'est qu'il n'admet rien sans preuve, qu'il n'acquiesce point à des notions trompeuses et qu'il pose exactement les limites du certain, du probable et du douteux. » C’est pourquoi avant tout « on doit exiger de moi que je cherche la vérité, mais non que je latrouve. » Je pense qu’être philosophe n’est pas un métier à part et qu’il « faut être enthousiaste de son métier pour y exceller. »

- Laura Jules : Monsieur Diderot avez-vous toujours réellement athée ? Ne croyez-vous pas en Dieu ?
- Denis Diderot : Ecoutez « on demandait un jour à quelqu'un s'il y avait de vrais athées. Croyez-vous répondit-il qu'il y ait de vrais chrétiens? » Je croiséternellement en la science, qui elle est bel-et-bien rationaliste. Néanmoins « si la raison est un don du ciel et que l'on en puisse dire autant de la foi, le ciel nous a fait deux présents incompatibles et contradictoires. » C’est ainsi que l’on ne peut pas associer la science et la religion, tous deux sont manifestement opposés. Malgré tout, je ne rejette pas la religion chrétienne, que l’on m’aenseigné dès mon plus jeune âge, mais plutôt les excès qu’elle fait subir. Trouvez-vous normal « qu’un homme a tort de ne pas croire en Dieu, avons-nous raison de l'injurier? On n'a recours aux invectives que quand on manque de preuves. » J’estime que la religion est tout d’abord un choix et une liberté.

- Laura Jules : Pour vous peut-on vraiment tout dire ou bien tout écrire ?
- DenisDiderot : Bien sûr qu’une telle question peut laisser de nombreuses interrogations « quand on écrit, faut-il tout écrire? Quand on peint, faut-il tout peindre ? De grâce, laissez quelque chose à suppléer par mon imagination! » Moi-même, j’ai mené une importante activité de critique basé sur mes conceptions du théâtre ou bien sur plusieurs auteurs en particuliers. J’ai pris conscience que tousn’est pas bon à dire et qu’il faut parfois laisser place à l’imaginaire et bien sûr au mystère lui-même.

- Laura Jules : Pouvez-vous nous décrire l’homme tel que vous le voyiez?
- Denis Diderot : Dorénavant « dire que l'homme est un composé de force et de faiblesse, de lumière et d'aveuglement, de petitesse et de grandeur, ce n'est pas lui faire son procès, c'est le définir. » L’homme...
tracking img