Intraduction au web 2.0

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2628 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction à l’Entreprise 2.0
L’entreprise 2.0 est constitutive de deux tendances majeures :
La première tendance est celle du web 2.0 où il s’agit, comme on s’en doute, de mettre du web 2.0 dans le système d’information de l’entreprise.
La deuxième tendance est celle du « Software as a Service« , voire du « quelque chose as a Service » (XaaS), qui constitue une nouvellefaçon de consommer les technologies de l’information, avec de nouvelles offres portées par de nouveaux acteurs dans le périmètre de l’entreprise.

{draw:frame}
Les deux tendances sont très intimement liées en ce sens que les solutions web 2.0 que le grand public connaît sont toutes, originairement, en mode Software as a Servce (SaaS). C’est à dire qu’aucune installation surl’ordinateur individuel n’est requise : on accède directement à l’interface d’une application SaaS en utilisant un navigateur web, ce qui implique, comme on le verra, que les donnés soient stockées ailleurs que sur l’ordinateur, où dans le système d’information de l’entreprise. Elles sont souvent hébergées et gérées par l’acteur SaaS lui-même.

Commençons par le Web 2.0.

Premier constat, dès quel’on évoque le web 2.0 dans des réunions d’entreprise, les discussions partent dans tous les sens. C’est un sujet qui souvent passionne et où chacun a sa propre compréhension, mais cet enthousiasme et cette profusion fait souvent peur aux décideurs en entreprise. Ils n’y voient que confusion et manque de maturité.
D’où la nécessité de donner une vision structurante du Web 2.0 pour mettre l’entreprisedans de meilleures prédispositions aux opportunités offertes.

Je distingue trois composantes, que je nomme souvent « l’ADN du Web 2.0″, et qui sont : la participation, la simplicité, et enfin l’ouverture des données. Voyons ce qu’elles signifient.

1. La participation :
C’est l’axe business et organisationnel du Web 2.0.
{draw:frame}
Cet axe est très souvent mal compris ; aucune desentreprises avec lesquelles j’ai discuté ne le comprenait proprement. Souvent, on confond « participation » avec « volontariat » ou encore avec « personnalisation », voire même avec des démarches de management des connaissances classiques.
Or, les mécanismes participatifs qui sont à l’oeuvre dans l’économie du Web 2.0 sont d’une puissance énorme : actuellement ils font, et défont, des empires.Toute entreprise qui est en contact direct avec le marché des consumers, du grand public, peut dévisser si un de ses concurrents, voire un nouvel acteur, met au point des mécanismes participatifs dans son coeur de métier.
Pour comprendre les enjeux de l’axe participatif du Web 2.0 il faut utiliser le concept de milieu associé que l’on emprunte à Gilbert Simondon.
La quasi totalité desentreprises travaillent en mode dissocié, c’est à dire que leur état d’esprit est le suivant :
« je produits et je vends, des services ou des produits, et vous les achetez », dit autrement : « je produits, vous consommez, chacun à sa place ».
Il y a une dissociation entre le producteur et le consommateur, contrairement à ce que l’on constate sur le Web 2.0 où les producteurs peuvent être, en mêmetemps, des consommateurs.
Accepter de mettre de la participation dans une entreprise c’est donc accepter de basculer dans un milieu associé, c’est à dire accepter que ses clients prennent part, en amont, au design et à la conception des services ou des produits de l’entreprise. C’est aussi accepter, en interne, de repenser les logiques d’organisation du travail afin de s’émanciper des pureslogiques hiérarchique et administratives.
Autant dire que toutes les organisations n’ont pas le même degré de maturité face à cette bascule en mode participatif.
2. La simplicité :
C’est le volet design du Web 2.0.
{draw:frame}
Il s’agit de la simplicité des interfaces applicatives, qui relèvent bien souvent du cauchemar dès qu’on franchit les pares-feux des entreprises. Cela...
tracking img