Intro de la curée (zola)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2345 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Zola - La Curée - L’Incipit

Zola dans sa lettre à Louis Ulbach (annexe 3) présente La Curée comme appartenant à un grand ensemble, le 2ème épisode de l’histoire des Rougon-Macquart. Il s’agit avant tout de la peinture d’une société, un tableau de mœurs, qui est l’aboutissement d’une longue documentation. Il met donc en application ici ses principes naturalistes : un milieu : la sociétéfrançaise sous le Second Empire, et des personnages dans ce milieu : Renée, « la Parisienne affolée », Maxime, « produit d’une société épuisée, l’homme-femme », Aristide « le spéculateur ». Pourquoi évoquer Phèdre ? Zola reprend l’histoire incestueuse antique, (Phèdre femme de Thésée tombe amoureuse malgré elle de son beau-fils Hippolyte, poursuivie en cela par la haine de Vénus qui incarne la fatalité)mais en lui donnant un autre fondement : à la fatalité antique, il substitue la fatalité physiologique et celle du milieu.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? La curée est un mot qui appartient au domaine de la chasse, de l’orgie alimentaire. Il dérive du mot « cuir » : « partie de la bête que l’on donne en pâture aux chiens, sur le cuir même de la bête que l’on vient de dépouiller » Le sens dérivéapparaît dès le XVIIème siècle : « ruée avide vers les biens, les places, les honneurs, laissés vacants par la chute d’un homme, un changement politique »(Gd Larousse)

Les Rougon ont su tirer parti du coup d’État du 2 décembre qui place sur le trône Napoléon III. Aristide Rougon monte à Paris, prend le nom de Saccard, pour faire oublier ses mauvais choix politiques passés, décidé à tout pourréussir : « Aristide Rougon s’abattit sur Paris au lendemain du 2 décembre avec le flair des oiseaux de proie qui sentent de loin les champs de bataille ». Il renifle « la bonne piste, le gibier, la chasse impériale » Qui est donc le gibier ? Paris, victime de la spéculation. Le baron Haussmann, alors préfet de la Seine selon les ordres de Napoléon III a engagé des sommes énormes. Un pamphletcélèbre de Jules Ferry ironise sur les « comptes fantastiques d’Haussmann » ! 2 Milliards en 15 ans ont été dépensés au profit d’une poignée de parvenus, qui ont profité de la spéculation immobilière.

Ce début de roman se situe dans un de ces nouveaux espaces de parcs et jardins aménagés, à côté des larges avenues : le Bois de Boulogne. Avec ses allées et ses lacs, il devient un lac champêtreartificiel, propice à une mise en scène de la vie mondaine . Zola se livre ici à un travail de réécriture, la promenade au Bois semblant être un lieu commun de l’époque, que l’on retrouve dans l’Education Sentimentale de Flaubert, et la chronique mondaine du Figaro de l’époque lui donne la documentation nécessaire.

I - L’originalité de l’ouverture du roman

Le début d’un roman ou Incipit, nousprécise en général les intentions du romancier, il détermine le point de vue du narrateur, donne des indications sur le lieu, le temps, les personnages, l’action.

a) Le type d’incipit :
Nous sommes dès le départ plongés au cœur de l’action , « in medias res ».
Les lieux et les objets ne sont pas déterminés, comme si nous les connaissions : « au retour », « le bord du lac », « la calèche », « lacascade ». Nous sommes projetés au milieu d’une conversation. De même, les personnages sont présentés par leur prénom, comme s’ils nous étaient familiers.

b) Des indications ambiguës :

- lieu : l’ambiguïté de l’article défini et l’emploi de la majuscule« au Bois »(l. 34), renvoient à une réalité précise, le Bois de Boulogne, une réalité parisienne, à la fois lieu champêtre et très mondain.C’est le cadre d’une parade mondaine rituelle, celle du « Tout Paris » (l 42)

- Moment : 3 notations relatives : « le soleil se couchait » « dans un ciel d’octobre »(l.5) « cet après-midi d’automne » (l.34), « malgré la saison avancée » (l.42). Cette ouverture de roman se présente paradoxalement comme une « fin »

- Personnages : Ils sont présentés par tout un système de précisions et...