Intro ruy blas victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (377 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Drame en cinq actes et en vers de Victor Hugo (1802-1885), Ruy Blas fut créé à Paris au théâtre de la Renaissance le 8 novembre 1838, et publié à Leipzig la même année. Après la bataille d’Hernani,Hugo s’efforce de s’attirer un public tant bourgeois que populaire. L’échec de Le roi s’amuse, le triomphe de Lucrèce Borgia, que Marie Tudor ne confirma pas, le succès d’Angelo convainquent lesauteurs-phares Dumas et Hugo de créer un théâtre où le drame romantique serait chez lui. Le théâtre de la Renaissance sera ce lieu, et, pour son ouverture, Hugo écrit Ruy Blas.
Les deux premiers actes ontété riche en événements : Don Salluste de Bazan, disgracié par la reine d’Espagne, Doña Maria de Neubourg, médite sa vengeance. Il veut se servir d’un cousin dévoyé, Don César, qui refuse dans unsursaut d’honneur. «Ver de terre amoureux d’une étoile», Ruy Blas, valet de Don Salluste, resté seul avec Don César, lui avoue son amour pour la Reine. Ayant tout entendu, Don Salluste fait enlever DonCésar, dicte des lettres compromettantes à Ruy Blas et, le couvrant de son manteau, le présente à la cour comme son cousin César:. Il lui ordonne de plaire à la Reine et d’être son amant. Délaissée parson époux et prisonnière d’une étiquette tyrannique, la Reine s’ennuie. Restée seule pour ses dévotions, elle rêve à l’inconnu qui lui a déposé des fleurs et un billet, laissant un bout de dentelle surune grille. Entre Ruy Blas, devenu écuyer de la Reine, porteur d’une lettre du roi. Grâce à la dentelle, la Reine reconnaît en lui son mystérieux amoureux, que Don Guritan, vieil aristocrate épris decette dernière, provoque en duel. Mais la Reine, prévenue, envoie le jaloux en mission chez ses parents à Neubourg, en Allemagne. Six mois plus tard, les conseillers commentent l’ascension de Ruy Blas(portant toujours le nom de Don César), devenu Premier ministre, et se disputent les biens de l’Espagne. Ruy Blas les fustige de sa tirade méprisante: «Bon appétit, messieurs!». Il s’agira de...
tracking img