Introduction aux sciences politiques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 48 (11883 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction aux sciences politiques

Introduction

Les phénomènes politiques sont partout, et l’on songe spontanément au assemblée d’élus, aux élections, les manifestations de rues, émeutes, mouvements sociaux, revendications et tout ce qui touche plus largement a la sphère publique (journaux, organes de presse).

Au-delà des phénomènes, il y a les mots, ceux avec lesquels on les dit, quiont 2 vocations :
- mettre des mots sur des phénomènes qu’on pense nouveaux
- justifier leur statut de prof de la profession politique, se distinguer socialement de nous en inventant de nouveaux mots

On est contrait d’interpréter tous ces mots nouveaux à travers la socialisation (processus d’insertion des individus au sein d’une société donnée, intériorisation des normes etvaleurs propre à cette société). Comme toute socialisation, il y a différents niveaux :
- primaire : famille (pas même pied d‘égalité, science politique permet de compléter le fossé entre les différentes classes), école (l’éducation nationale n’est pas un lieu idéal pour les explorations des sentiments politiques forts, la poursuite de buts syndicaux n’a pas forcément sa place).
-secondaire : participation à des groupes humains où l’on intériorise de nouvelles normes (autrefois l’armée). En France, il n’y a que 8% de syndiqués, donc difficile de trouver une instance de socialisation secondaire, et par après, il peut y avoir un certain manque (maturité, informations…). Il y a également la socialisation journalière (faible en France) : diffusion cumulée payante est à moins de2millions d’exemplaires, 1 pour 30 habitants et 1 pour 22 électeurs, taux de diffusion de la presse quotidienne le plus faible de l’Europe et l’OCDE.

Il semble donc indispensable de compléter les faibles socialisations politiques faites en France.
Cette nécessité vient aussi du fonctionnement de la sphère politique : la délégation qui représente la nation, mais qui est la nation? Donc il y a unecertaine fiction, de tout soumettre aux délégués, on suppose donc une certaine confiance à ces délégués. On soupçonne souvent les délégués de prendre des décisions en faveur de la localité et pas les personnes; les délégués sont en permanente suspicion. Mais l’acteur politique est un acteur rationnel, dont on pense qu’il prend ces décisions en fonction de calcul dicté par sa raison perso. Si c’étaitle cas, pas besoin de politique. Or, c’est rarement rationnel, tout dépend de la socialisation des acteurs politique, qui vivent pour la politique et de la politique. Ils agissent en fonction d’autres éléments : éducation, situation donnée, sexe, conviction religieuse, éthiques… Tout ceci peut faire que l’on ne soit pas forcément d’accord avec l’ensemble de l’assemblée.
La science politiquepermet de contextualiser les autres matières (macroéconomie, en terme de chômage, dans les grands débats…), à mettre en relation tous les éléments.
Le Droit est le produit de rapport de force politique et c’est une photo, à un moment donné de l’état des rapports sociaux entre groupes sociaux. Toutes les activités sont régies par le Droit, qui met en relation les institutions.
Les professionnels de lapolitique nous exclus par notre manque d’éducation politique, et cette distinction les incite à encore plus se séparer des profanes, plutôt que de se faire comprendre, d’où l’utilité des sciences politiques. La science politique ne se limite nullement à ce que disent les professionnels du politique, à propos de ce qu’est la politique.
Exemple de document politique : discours de Coluche, quipousse toutes les simples personnes à voter pour lui.

Problématique :
- comment la science politique (une science des activités sociales à caractère politique) s’est-elle constituée, vis-à-vis d’autres disciplines scientifiques ou normatives?
- pourquoi peut-on parler de sciences politiques, au pluriel?
- quel est le champ d’application de la ou des sciences politiques? Il va...
tracking img