Introduction aux theorie de la traduction chinoises

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2491 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction aux théories de la traduction chinoises

Résumé: Ce petit-mémoire a pour but de montrer quelques théories chinoises concernant la traduction qui ont exercé de grandes influences sur les pratiques ou celles qui ont provoqué de vives controverses. Des théories classiques, on choisit les trois plus représentatives, à savoir, celle de Dao An, de Kumarajiva et de Xuan Zang; Parmi lesthéories modernes, on présentera «Les Trois Principes» deYan Fu, la «Ressemblance spirituelle» de Fu Lei et l'«Horizon transformatif» de Qian Zhongshu.
Mots-clés: Texture, littérarité, fidélité, clarité, élégance, Ressemblance spirituelle Horizon transformatif

L'activité de traduction est très ancienne en Chine, elle date de la dynastie des Zhou et prospère avec la traduction dessoutras du sanscrit en chinois au cours d'un millier d'années. La théorie de la traduction se développe avec ces pratiques. La premier texte traitant les problèmes de traduire est la préface écrit par Zhi Qian(支谦)à Dhammapada( Les vers du Dharma,《法句经》) , dans laquelle, Zhi Qian indique les difficulés de traduction: «C'est bien difficile de traduire du fait que les choses et les noms sont différents dansces deux pays»(名物不同,传实不易) [i]et aussi la méthode de traduire: « Traduire le sens du texte original, sans adjoindre aucun ornement.»(因循本旨,不加文饰)[ii] .
Les anciennes théories de la traduction chinoises sont en générale divisées en 3 écoles: celle qui préconise l'orientation vers le texte source , représentée par Dao An(道安); l'orientation vers le texte traduit, représentée par Kumarajiva(鸠摩罗什);et la nouvelle traduction de Xuan Zang(玄奘). Dao An se concentre sur la perte dans la traduction. Sa plus célèbre théorie est « cinq formes de perte»(五失本)au cours de la traduction des soutras qu'il a conclu dans la préface d'Prajnaparamita Soutra(《摩诃钵罗若波罗蜜经钞序》)[iii]:
1. Changer l'ordre des mots pour le conformer à l'habitude d'expression en chinois.
2. Orner le texte traduit pour l'adapter augoût des lecteurs chinois.
3. Retrancher des panégyriques qui se répètent.
4. Supprimer le résumé final.
5. Retrancher des explications.
Dao An a critiqué les traducteurs qui avait traduit des soutras en retranchant les passages répétitifs, en demandant si on pouvait remanier les anciens livres nationaux tels que Le Livre des Odes(《诗经》) ou Le Livre de l'Histoire(《尚书》) sous prétextedes sections imparfaites de ces écritures. Il a aussi une comparaison assez intéressante à propos de ces pertes, dans la préface d'Upasam Panna(Les grandes disciplines des moines《比丘大戒序》): tous les textes avec ces pertes «sont comme du vin coupé.» (如葡萄酒之被水)[iv]Pour éviter ces pertes, Dao An propose une attitude fidèle au texte source, de traduire selon le texte original et d'éviter des ornementsajoutés par le traducteur. Il insiste sur la fidélité à la forme du texte source et n'admet aucune déformation. Malgré tous ses efforts, il ne pouvait sortir d'un dilemme, à savoir, le change de l'ordre des mots. Car s'il était fidèle à l'ordre des mots du sanscrit, le lecteur ne pourrait pas comprendre ce que voulait dire le texte traduit. Comme le commente Qian Zhongshu: «On ne pourrait traduiresans renoncer à cette forme de fidélité». (此本不失,则不成翻译)[v] .Alors Dan An a dû admettre une sorte de compromis:« traduire en inversant l'ordre des mots du sanscrit en chinois, mais sans commettre les autres formes de perte».(时改倒句,余尽实录。)
Au contraire, Kumarajiva, qui se soucie beaucoup de l'acception du texte traduit par le lecteur , s'intéresse plus au sens qu'au forme du texte source. Il remaniesouvent le texte pour que le sens apparaisse plus clairement, en adoptant une langue fluide évitant le mot à mot. L'historien chinois Chen Yinque(陈寅恪) nous a déjà souligné cette particularité des oeuvres de Kumarajiva: «La forme des soutras traduits par Kumarajiva n'est guère identique avec celle du texte original, parfois il supprime les répétitions ou transforme le texte»[vi]. Kumarajiva...
tracking img