Introduction "etre raisonnable est-ce renoncer à ses désirs?"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'être humain a pour différence avec l'animal le fait qu'il ne se contente pas simplement d'assouvir des besoins primaires se répétant de manière cyclique (la faim, le sommeil...etc), il peut nonseulement les différer mais peut également avoir des besoins indeterminés, c'est ce qu'on pourrait appeler le désir. Cela voudrait dire que ne nous désirerions que ce dont nous avons besoins, or l'Hommea cette capacité que l'animal n'a pas qui est de désirer l'inutile et le superflu. Ce désir étant une des spécifités de l'Homme, y renoncer serait renier son humanité.
Or l'Homme est également cet"animal doué de raison" selon Aristote. Ne pas etre raisonnable serait alors également renoncer à son humanité.
Le désir est d'abord un manque éprouvé, ainsi le désir amoureux viendrait d'un manqueoriginel comme le raconte le mythe de l'Androgyne. Il est également une énergie, une force productrice; l'artiste, par exemple, a un désir de création qu'il cherche à assouvir. Sans un désir antérieur iln'y aurait pas de création. Mais le désir est également une violence à maîtriser, et c'est la raison qui nous permet d'y parvenir. Le raisonnable est donc ce qui est conforme à la raison, à la loimorale, la personne raisonnable fera son devoir indépendamment de tout intérêt personnel. Dans un sens plus large, l'être raisonnable fait preuve de prudence et de discernement dans sa conduite. L'êtres'oppose au devenir, le fait d'être raisonnable se marquerait donc dans une continuité, une action nous poussant toujours dans le même sens. Néanmoins, un être raisonnable est également un être quipeut être raisonné par autrui, ainsi nous désirerions toujours sous l'influence de l'autre et il en irait de même pour notre capacité à raisonner: on renonce à un désir car il serait, par exemple,susceptible de blesser autrui (mentalement ou physiquement).
La raison excluerait-elle alors tout désir? Qu'est ce qui fonde véritablement ce désir? Plus généralement, le désire relève-t-il de la...