Introduction relations economiques internationales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7124 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES AUJOURD’HUI Cours pour non-économistes

renato di ruzza professeur au Département d’Ergologie de l’Université de Provence

Avertissement

Ce cours ne s’adresse ni aux étudiants ni aux enseignants des facultés de sciences économiques. Ils n’y trouveront pas en effet la dernière version du dernier modèle de commerce international ou de déterminationdu taux de change. Ils n’y trouveront d’ailleurs aucun modèle. Ils n’y trouveront pas non plus les dernières références à la dernière mode. Ils n’y trouveront d’ailleurs qu’un nombre infime de références et de citations. Autant dire qu’il ne leur sera d’aucune utilité, ni pour préparer des examens, ni pour préparer des cours et des concours, ni pour écrire des articles.

Il s’adresse par contre àtous les autres : étudiants et enseignants qui se posent des questions sur le fonctionnement actuel de l’économie mondiale, acteurs de la vie économique et sociale qui veulent éclairer ou penser leurs interventions, chercheurs qui cherchent à comprendre et à expliquer le monde. Il défend en effet un point de vue, certes pas nouveau, puisqu’il est défendu , même si c’est en des termes différentset avec des nuances non négligeables, par d’autres économistes, en général issus de l’Ecole grenobloise de la régulation, mais suffisamment ignoré pour qu’il soit nécessaire de le défendre encore. Et comme tous les points de vue, il pose des questions, il esquisse des éléments de réponses, il suscite des contradictions et des controverses. Les lecteurs auxquels il s’adresse y trouveront parconséquent quelques bribes de connaissances, et beaucoup d’occasions de réagir, de débattre et de contester. C’est l’objectif essentiel de ce cours.

INTRODUCTION

I. AMBIGUÏTES

L’étude des Relations Economiques Internationales (REI) doit nécessairement commencer par le rappel de choses simples et pourtant trop souvent négligées : les REI sont des « relations économiques » et des « relationsinternationales ». Ces deux notions méritent quelques explications, car elles peuvent être à l’origine de nombreuses ambiguïtés.

Ambiguïté du vocabulaire

A l’évidence, toutes les relations entre les êtres humains et entre les institutions qu’ils ont créées ne sont pas des relations « économiques ». Dans les sociétés contemporaines, qu’elles soient qualifiées de « capitalistes », de « marchandes »ou « de marché », une relation sera dite « économique » si elle met en rapport un vendeur et un acheteur, qui échangent, le plus souvent par l’intermédiaire de la monnaie, un bien, un service, une créance, une dette, ou encore de l’argent. Une personne participe à la vie économique lorsqu’elle vend quelque chose dont elle est propriétaire (et donc lorsqu’elle se dessaisit de cette propriété),lorsqu’elle loue quelque chose (elle vend alors le service de cette chose), lorsqu’elle produit quelque chose pour le vendre, ou encore lorsqu’elle achète quelque chose ou le service de cette chose (elle en devient alors propriétaire). C’est ainsi que, traditionnellement, l’échange, la production, la consommation et la répartition des richesses constituent globalement « l’objet » de l’analyseéconomique. Ne sont pas « économiques » les relations ludiques, les relations sentimentales, les relations basées sur le don (même si elles donnent l’occasion de « contre-dons »), les relations familiales, etc. Le repérage non ambigu de deux acteurs séparés est par conséquent essentiel à l’établissement d’une « relation économique », tout comme est essentiel le repérage de la volonté de produire,d’échanger, de consommer, etc. Ce repérage permet grosso modo de définir l’ensemble des relations « économiques », bien qu’il demeure aux frontières de cet ensemble des zones floues : quid des guerres (qui ont toujours des aspects économiques importants), des phénomènes migratoires (souvent ignorés des manuels traditionnels), de la diplomatie, des traités…

Les relations « internationales »...
tracking img