Introduction a la sociologie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 90 (22455 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Année universitaire 2004-2005

Sociologie

Cours de M. Raphaël Liogier

INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE :

Différencier la logique des choses et les choses de la logique.
Dans la logique des choses, il s’agit de comprendre pourquoi les choses sont logiques de manière externe, en quoi les chose sont elles conditionnées par l’externe. Dans les choses de la logique, il y a unenotion d’interne.

Dans le cours, il s’agira de comprendre comment une pensée sociologique est elle possible sur le monde. Il ne s’agit pas de décrire la méthode sociologique (enquête, questionnaires, aspect qualitatif…), mais on évoquera quand même la méthodologie pour comprendre quels sont les niveaux de la réalité sociale.

Les valeurs :

Les valeurs déterminent les comportementsmais ne sont pas les comportements. C’est un ordre de priorité différent des représentations. Les représentations sont des conceptions du monde avec des reliefs qui déterminent des valeurs qui elles mêmes déterminent un certain nombre de comportements. Valoriser plus telle chose que telle autre, c’est tout simplement donner un ordre de priorité.

• Valeurs théoriques et valeurs pratiques :➢ les valeurs théoriques s’expriment dans un langage de surface qui évolue dans la société. (il se développe une sorte de salon studio télé). Le langage de surface devient une contrainte expressive, linguistique. On doit réutiliser les mots du langage de surface pour s’exprimer même une idée contraire. Le langage comprend les mots mais aussi la gestuelle.

Parenthèse sur la religion :religion et tolérance sont deux concepts différents. La religion est un processus de spéculation qui donne sans à l’action. La religion n’a rien à voir avec être tolérant ou pas, mais on remarque une transformation du langage de surface. Le problème de fond, de sociologie est comprendre pourquoi dit on qu’elles le sont forcément.

On a deux types de langage : non performatif et performatif :- de langage non performatif : la drague par exemple (exemple du garçon en boite à une heure de matin qui dit à une nana qu’elle est superbe).

- Acte de langage performatif : le patron qui convoque son employé pour lui dire qu’il est licencié. Le langage agit ce qu’il dit.
Aujourd’hui, il y a un développement du langage non performatif qui est un acte de langage pur. Etceci est encore différent de la communication qui, selon Habermas implique que l’autre agisse et non pas réagisse.

➢ les valeurs pratiques c’est l’usage pratique des valeurs théoriques. Cela peut être le marketing ou du prosélytisme. Au nom de la tolérance, on a plus le droit de dire un certain nombre de choses : usage pratique de la tolérance. L’usage pratique évolue de façonsingulière en fonction des groupes, des individus…Le langage de surface lui évolue par rapport aux contraintes de la société et son évolution entraîne une évolution des rapports de forces.

Cette différence entre valeur théorique et valeur pratique qui sont variables à l’intérieur du schème théorique, n’est pas facile à établir.

Un lapsus : c’est une structure incorporée (Bourdieu). Je me comported’une manière que je n’arrive pas à penser comme une manière de me comporter : c’est l’habitus. Ce sont des choses faites corps mais plus perçues comme étant des choses, on a une naturalisation des chaînes culturelles. Nous-mêmes ne sommes pas au courant et cela se manifeste par des lapsus.

Comment passer des valeurs pratiques aux valeurs théoriques ?

Il faut une méthode et de l’intuitionmais surtout une méthode. Ce qui caractérise la science c’est la méthode. La méthode réflexive peut être posée sur le papier et partagée. Ce qui caractérise la sociologie c’est une méthode réfléchie (ou réflexive).

Quelle méthode ?

La méthode ne sert pas à dire plus, à découvrir plus de choses mais au contraire à découvrir moins de choses. Il s’agit de se limiter, de se mettre des...
tracking img