Introduction

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I - Introduction

L’une des toutes premières choses que l’on apprend aux petits enfants est qu’il ne faut pas mentir. « C’est mal de mentir », dit-on. Autrement dit, dés sonplus jeune âge, la morale a retiré à l’homme le droit de mentir, ou encore elle lui a retiré la liberté, bien qu’il se l’approprie, souvent de dire ce qui n’est pas, ce qui necorrespond pas à la vérité. Ainsi le droit consiste à disposer d’une liberté, comme c’est le cas dans le droit d’expression. On sait que la morale, (comme la justice), réprouve lemensonge. Mais on sait aussi qu’elle se tient au rang des principes les plus généraux de l’action humaine, et qu’il y a souvent un large écart entre le principe et son application,entre la théorie et la pratique. Cet écart est si important qu’il pourrait inciter à reconnaître aux hommes dans certaines occasions particulières un droit de mentir. Mais peut-onavoir le droit de mentir ? Qui pourrait détenir un tel droit ? Au-delà de ces questions, l’enjeu consiste à articuler le principe universel de morale aux particularités dessituations. Doit-on toujours respecter un principe moral, même lorsque celui-ci devient impraticable ou invivable ? Par-delà, la vérité est-elle la plus importante de toutes les valeurshumaines, celle devant laquelle toutes les autres valeurs doivent se plier, voire se sacrifier ? La problématique commune à ces différentes interrogations est la suivante : Ya-t-il des limites au devoir de dire le vrai et quelles sont-elles ? La vérité est-elle toujours moralement exigible ? Dans cette optique, nous commencerons par analyser le devoirmoral de vérité avant de lui opposer certaines objections et de le nuancer puis de faire apparaître des domaines où vérité et morale ne sont pas des normes suprêmes à respecter.
tracking img