Invention, les animaux malades de la peste, la fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (964 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Loup prit alors la parole:
«Chers camarades, votre Majesté, l’âne… Je n’ai qu’un vœu, celui que la peste qui ravage nos rangs cesse, je n‘ai qu‘un vœu, que le bonheur, la paix et l‘ordre durentdans ce pays, je n‘ai qu‘un vœu… qu‘on attrape le coupable de ce Mal qui nous frappe! Pensez à vos fils, vos frères ou votre mère qui ont subit les conséquences d’un acte effroyable, provoquant lacolère du Seigneur ! Pensez à tous les innocents qui ont péri par la faute d’un seul animal et déchaînez votre fureur contre celui-ci! Mais réjouissez-vous mes frères, mon roi, car j’ai trouvé le malinqui nous fait tant souffrir et c’est au nom du règne animal que j’accuse l’âne d’être le responsable de nos malheurs!

Oui… C’est bien toi l’âne, ne me regarde pas avec cet air béat sicaractéristique de ta race. Mais que dirait Dieu s’il était parmi nous ? Non! Il n’essaierait pas de t’aider et ne me parle pas sur ce ton! Dieu aime les animaux, mais toi, tu n’es qu’une créature du Diable. Ohoui! Tu ressembles à Lucifer en tous points, des deux grandes oreilles telles des cornes jusqu’à la queue touffue en pointe comme celle de Méphisto Felles en passant pas cette « robe » si je puisl’appeler ainsi tellement elle est noirâtre et sale et maléfique.
Cependant, plutôt que d’aider la communauté en tentant de te racheter de l’état maléfique que t’a légué la nature, tu restes un fardeauobnubilé par ton petit bonheur particulier. Ne répond pas, insolent!
En plus d’ignorer Dieu et tes prochains, tu oses t’empiffrer d’une herbe que les moines ont sacrée, les représentants de Dieusur Terre et les seuls hommes à être solidaires et bienveillants à l’égard des animaux ! Comment Veux-tu ne pas t’attirer les foudres du Seigneur après de telles offenses ? Non ! Nul besoin dedéfendre ton cas, tu ne le mérites pas. Heureusement, il me reste encore assez d’amour propre pour ne pas vouloir que tes viles paroles viennent corrompre mes oreilles.
En outre, je ne rappellerai pas...
tracking img