Investissement á l'etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4256 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Face à l’ouverture des marchés, depuis quelques années Le Kazakhstan cherche à établir rapidement des contacts avec les principaux pays industrialisés. Des accords sont établis afin d’assurer le développement de liens économiques. La décennie 1999 – 2009 a vu les IDE au Kazakhstan multipliés par dix, passant de 1,852 à 18,429 milliards de dollars, a eu pour effet de dynamiser la production depétrole et de gaz dont le niveau ne cesse de progresser. Riches en ressources naturelles le Kazakhstan constitue une cible intéressant pour ces pays notamment la France, à travers ses démarches de partenariat stratégique. Depuis les années 90, plusieurs entreprises françaises se sont implantées au Kazakhstan, notre étude s’intéresse donc à l’adaptation des Entreprises Françaises à l’environnement desaffaires du Kazakhstan, dans un premier temps nous parlerons des investissements étrangers au Kazakhstan et dans un second temps nous présenterons le cas de TOTAL.

I- Les Investissements étrangers au Kazakhstan

a. Présentation Kazakhstan

La République du Kazakhstan dont la capitale est Astana, est un pays situé majoritairement au nord de l'Asie centrale et en partie en Europeorientale (à l'ouest du fleuve Oural). Il compte environ 16,370 millions d’habitants qui ont le kazakh comme la langue d’Etat et le russe la langue officielle.

Dès son indépendance, le Kazakhstan a adopté la voie des réformes afin de favoriser la libéralisation du pays et le rendre accessible aux investisseurs étrangers. De 1997 à 2007, le PIB a été multiplié par 3,5. La croissance de l’économie duKazakhstan, qui repose sur la rente pétro-gazière (25 % du PIB, 60% des exportations, 40% des revenus budgétaires), a bénéficié de la hausse du cours des hydrocarbures. Aujourd’hui, le Kazakhstan cherche à diversifier son tissu industriel et technologique, notamment à travers des partenariats avec des entreprises étrangères.

Le Kazakhstan détient 75% des réserves d’hydrocarbures de la merCaspienne (3% des réserves mondiales de pétrole, 1,7% de gaz) et pourrait devenir d’ici 2020 le 7ème producteur mondial de pétrole, une fois le gisement géant de Kashagan (40% des réserves prouvées du pays) entré en activité. Le Kazakhstan possède en outre les 2èmes réserves mondiales d’uranium (1er producteur).

La compagnie KazMunaïGaz (KMG), créée en 2002, dont les actifs sont détenus par laholding d’Etat Samruk-Kazyna, assure 80% du transport du pétrole et du gaz dans le pays et dispose d’une filiale en charge de l’exploration-production.

Le Kazakhstan est aujourd’hui le pays de la région où l’actif bancaire est le plus élevé par rapport au PIB (97% du PIB fin 2007) et l’on considère qu’il est doté de l’un des systèmes bancaires les plus évolués de la CEI, encadré par une autorité derégulation financière, qui a développé un cadre prudentiel stricte en termes de capitalisation.

Après plus de huit années de croissance continue à un rythme moyen de 10 %, le Kazakhstan a ressenti dès l’été 2007 les effets de la crise hypothécaire américaine et a connu un ralentissement de sa croissance (1,2% en 2009 et 3,2% en 2008 contre 8,5% en 2007 et 10,6% en 2006). Cette tendance a étéamplifiée en 2008, année au cours de laquelle les turbulences ont affecté principalement les secteurs bancaire et de la construction. Le secteur bancaire a été fragilisé par la part importante des gages sur le secteur immobilier (36% en 2008) et son exposition aux financements extérieurs.

Si la crise financière a durement mis à l’épreuve l’économie du pays, le Kazakhstan s’en est assez bien sorti,en comparaison avec la Russie, bien que la corrélation entre les cycles économiques des deux pays soit forte. En effet, l’économie kazakhstanaise a connu une forte reprise au 4ème trimestre 2009 qui a permis d’afficher une croissance positive pour l’ensemble de l’année (1,25%) soit 134,8 Mds USD. L’inflation s’est maintenue quant à elle à 6,2%.

b. Les opportunités en matière d’IDE

Le...