Investissement et croissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1037 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Investissement et croissance
A.La notion d'investissement
Définitions
L'investissement = Investissement matériel + investissement immatériel
Investissement matériel = de capacité + de productivité/de modernisation + de renouvellement
Investissement net=Investissement de modernisation + investissement de capacité
Investissement immatériel = R et D + achat en logiciels +formation + commercialisation
FBCF=Investissement matériel des entreprises + achat en logiciels.
Mesure de l'investissement et son évolution
Période 1: de 45 à 74=Les 30 glorieuses, forte croissance de la FBCF.
Période 2: de 74 à 85:
-74=choc pétrolier/crise de la régulation fordiste. Les profits se dégradent.
-81=politique de Mauroy, relance keynésienne: relance de laconsommation + baisse des taux d'intérêts. Conséquences: La consommation part à l'extérieur + pas assez de profits pour les entreprises pour investir + baisse des taux d'intérêts entraîne une hausse des crédits donc une hausse de l'inflation. 
-Fin 82=Delors=Politique de rigueur qui vise une désinflation compétitive. Rigueur salariale (gel du SMIC)+Rigueur budgétaire (baisse des dépenses del'Etat)+Rigueur monétaire (hausse des taux d'interêt). Le partage de la VA va au profit des entreprises, ce qui augmente leur taux de marge. 
-De 82 à 85=les entreprises qui se sont endettées, du fait des taux d'intérêts réels attractifs, commencent par se désendetter, donc il n'y a pas de reprise de l'investissement. 

 [ Attention: Le taux d'intérêt réel peut être vu comme un coût de l'empruntou comme une rémunération d'un placement ]

Période 3: de 85 à 91: Reprise de l'investissement+reprise mondiale de la croissance qui tire la consommation des ménages.
Période 4: de 91 à 99: Ralentissement voire baisse de l'investissement. Les taux de marge des entreprises restent élevés, problème d'anticipation de la demande, hausse des emplois atypiques. Les entreprises choisissent deplacer leur fonds sur les marchés financiers.
Période 5: de 99 à 2001: Nécessité pour les entreprises françaises de moderniser les appareils productifs: apparition des NTIC, donc hausse des Investissements.
Période 6: de 2001 à 2004: Ralentissement de l'Investissement. Pas de vraie confiance dans la demande.
Période 7: de 2004 à 2008: NTIC
Période 8: de 2008 à 2009: Criseéconomique de 2008. Baisse record de l'investissement: Problème d'anticipation de la demande et de confiance des entreprises + Problème de financement (les banques sont craintives, donc gel des prêts)
Les modes de financement de l'investissement

Financement = financement interne (autofinancement) + financement externe (finance intermédiée+finance désintermédiée)

Evolution du financement desentreprises:
Période 1: de 70 à 82: 42% d'autofinancement, 48% d'emprunt bancaire, et 8% par les marchés financiers. (et 2% on sait pas trop d'où...;)
Période 2: de 82 à 90: Hausse de l'autofinancement, baisse de l'emprunts bancaires, et ouverture des marchés non financiers au particuliers+déréglementation des marchés financiers+ouverture de capital pour les SA (Société Anonyme)
Période 3:de 90 à 2007: Autofinancement (40%), emprunt bancaire (30%), marchés financiers (26%). (et 4% on sait pas trop d'où...;)
=> Passage d'une finance intermédiée à une finance désintermédiée, à cause de l'évolution des profits, des taux d'intérêts réels, et de la dérèglemementation des marchés financiers.

A.Les déterminants de l'investissement

Le niveau des salaires et de la demandeeffective: Théorie keynesienne et principe d'accélérateur.

Pour les keynésiens, le principal déterminant de la demande est la demande anticipée.
Investissement si: TUC (taux d'utilisation des capacités de production) se rapproche de 100% + anticipation favorable et durable.
Le principe d'accélérateur = toute variation de la demande finale induit une variation plus que proportionnelle de...
tracking img