Investissement et croissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1846 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INVESTISSEMENT ET CROISSANCE
Introduction
Amorce = 2001-2003 ont été en Europe des années de récession. Le chômage s'est accru. La relance de la croissance, c'est-à-dire de l'augmentation durable du PIB à long terme, passe par une reprise de l’investissement. C’est la raison pour laquelle le gouvernement français a diminué l’impôt sur les bénéfices afin d’inciter les entreprises à augmenterleurs achats de biens d’équipements durables, de construction et de logiciels.
Problématique = Pour les économistes libéraux, l'investissement est un élément essentiel de la croissance.« L'investissement d'aujourd'hui fait la production de demain, la production de demain, l'emploi d'après-demain » (Helmut Schmidt). Cette analyse est-elle vérifiée dans les faits ? L'augmentation du capital fixeproductif conduit-elle toujours à une hausse de la production ? L’investissement n’agit-il que sur l’offre de produits ?
Annonce du plan = Après avoir examiné la thèse libérale selon laquelle l’investissement permet de produire plus et mieux, nous montrerons, avec les économistes keynésiens, que l’investissement agit également sur la demande de produits, directement et indirectement, ce qui favorisela croissance.
1 – L’INVESTISSEMENT AGIT SUR L’OFFRE DE PRODUITS ET STIMULE LA CROISSANCE A
LONG TERME
A – INVESTISSEMENTS DE CAPACITE ET ACTION DIRECTE SUR LA PRODUCTION
Phrase introductive = A long terme, on constate une corrélation positive entre la croissance de la FBCF et la croissance de la production. Ainsi, on attribue le dynamisme américain de la fin des années 1990 à l’importance desinvestissements, en particulier dans les NTIC, réalisés durant cette époque (Doc 2, 3, 5). Comment s’opère cette liaison entre
investissement et croissance ?
Tout d’abord, l'entreprise achète des équipements supplémentaires pour augmenter ses capacités de production lorsqu’elle anticipe une forte croissance de la demande. Ceci suppose que les capacités de production soient pleinement utiliséeset que l’entreprise ne dispose pas de stocks pour satisfaire la hausse de la demande. Dans ce cas, l’investissement provoquera un phénomène d’accélération de la croissance (Doc 1).
Ensuite, l'entreprise qui crée un nouveau produit doit mettre en place les équipements nécessaires. Les téléphones portables ont, dans les années récentes, été en ce sens facteur de croissance. L'augmentation rapide destaux d'équipement continue de rendre nécessaire de nouvelles capacités de production tant que la demande n’est pas
saturée (Doc 1).
Enfin, un investissement de capacité ne se fait pas toujours à technologie identique. Les entreprises peuvent investir pour réduire les délais de fabrication grâce à des machines plus performantes ou par une organisation du travail plus performante (Doc 1).Transition = A cet effet direct d’augmentation des capacités s’ajoute un effet indirect de modification de l’offre.
B – INVESTISSEMENTS DE PRODUCTIVITE ET ACTION INDIRECTE SUR LA PRODUCTION
Phrase introductive = On doit noter une corrélation statistique entre l'importance des dépenses d'investissement en NTIC dans l'investissement total et la croissance (Doc 3) : dans les années 1990, les Etats-Unisont consacré plus d’1/3 de leurs investissements à l’acquisition de NTIC contre moins d’1/4 pour la France. Résultat, la croissance américaine, qui n’était supérieure que de 28% à celle de la France dans les années 1980, a été 2 fois supérieure dans les années 1990.
Comment expliquer ce phénomène ?
Tout d’abord, l'investissement permet d'intégrer le progrès technique, qui explique, pourSchumpeter, les phases de croissance (Doc 4). Les innovations apparaissent par grappes : un entrepreneur tente une innovation, si elle réussit, elle est copiée par les autres et elle se généralise (micro-ordinateur, robot). Cependant, ce processus est long à se faire sentir comme le montre la croissance américaine des années 1970 (Doc 3) ce qui peut expliquer le paradoxe de Solow :
« les ordinateurs...
tracking img