Invitation au voyage - baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Etude analytique
Baudelaire, L’invitation au voyage, Les Fleurs du mal – LIII

Le « cycle » de Marie Daubrun est le dernier cycle amoureux du recueil, il comprendrait – selon les critiques – un groupe de poèmes allant du Poison (XLIV) à A une madone (LVII) dans l’édition de 1861. Rappel : Spleen et Idéal : Dans ce mouvement de l’être (du poète) entre Spleen et Idéal, ce poème peut êtredésigné comme « poésie des Ailleurs », le voyage étant ici la ligne de fuite suivie par le poète pour échapper à sa condition intolérable dans l’Ici. Pour Baudelaire, les femmes ont souvent et largement orchestré ce mouvement entre le Haut – l’Azur- et le gouffre : L’invitation au voyage est donc aussi un poème d’amour pour la femme « aux yeux verts », Marie Daubrun – célèbre actrice parisienne aveclaquelle Baudelaire vécut de 1847 à 1856. Ce poème fut publié dés 1855 dans la Revue des deux Mondes, et fut mis en musique par Duparc en 1870.

La composition du poème 1) Dimension programmatique du poème, repérable dés le titre avec « L’Invitation »
Dans la situation d’énonciation, un « je » qui désigne le poète invite une femme (« ma sœur ») à un voyage « ensemble ». Remarque : A partir du « je »du poète, s’amorce un lyrisme impersonnel. Par souci d’universalité, Baudelaire lui-même écrira (à propos des Fleurs du mal) qu’ « il n’y aura plus que les gens d’une mauvaise foi absolue qui ne comprendront pas l’impersonnalité volontaire de mes poésies ».

Dans les vers 1, 2 et 3, Baudelaire utilise l’apostrophe notamment avec « mon enfant, ma sœur ». Ces deux groupes nominaux désignent lapersonne à laquelle s’adresse le poème. Il apostrophe aussi la femme avec les impératifs « songe à la douceur » et « d’aller ». Le voyage est d’emblée annoncé avec « aller là-bas » mais la destination reste floue : c’est l’unique désignation d’un ailleurs lointain (qui n’est donc pas l’Ici) où l’amour règne avec au vers 4 « Aimer à loisir, Aimer et mourir » ; le temps étant aboli. Il est état d’unecorrespondance (fondamentale, fondatrice du poème) entre la femme et le pays idéal dans le vers 6 « Au pays qui te ressemble ! ». Remarque : Tout comme dans les poèmes Parfum exotique et La chevelure, on retrouve la recherche d’évasion vers un ailleurs idéal (ou paradis perdu) et la femme médiatrice. On peut dire aussi que c’est à nouveau la femme qui suscite la rêverie de cette ailleurs. Mais,ici, la femme est invitée, elle fait bel et bien partie du voyage. La première strophe est tout entière construite sur ou à partir de cette correspondance fondamentale. Ainsi, « soleils mouillés » et « ciels brouillés » ont le point commun des « charmes (…) mystérieux » avec « brillant à travers leurs larmes » et « tes traitres yeux ». On peut aussi parler de fonctionnement métaphorique.

2)Analyse formelle du poème : un voyage en poésie
Baudelaire emploie des rythmes brefs en nombres impairs. En effet, deux vers de cinq syllabes sont suivis par un vers de sept syllabes pour donner une impression de rapide fluidité. Pour marquer plus de continuité encore, il accole deux strophes de six vers, rythmiquement complètes, en une strophe de douze vers. Ce mouvement fluide de vers à rimescroisées vient s’arrêter sur le refrain à rimes plates. On peut alors poser l’hypothèse que sans doute Baudelaire a-t-il voulu mimer dans les strophes, le voyage même (l’élan des pas, des regards ou du rêver vers les lieux nouveaux) et dans le refrain, l’apaisement intime de l’arrivée. L’allure de l’ensemble du poème reproduit le mouvement de chaque strophe : Dans la 1ère strophe, « Songe à la douceurD’aller » confère à un futur irréel Dans la 2ème strophe le vers 17 avec « décoreraient » et le vers 24 avec « parlerait » nous rapprochent du rêve avec deux conditionnels. Dans la 3ème strophe, « C’est pour assouvir Ton moindre désir Qu’ils viennent du bout du monde » nous indique maintenant que le rêve se déroule dans le présent. Ainsi, de strophe en strophe, le rêve devient réalité.

3)...
tracking img