Iphigenie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1523 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le lieu
Iphigénie est une tragédie classique car la pièce respecte la règle des trois unités. L’intrigue se déroule en un seul et unique lieu : un camp militaire dans un port d’Aulis. Dès la scène d’exposition, le spectateur sait qu’il est en « Aulide » (v. 43), dans un « camp » militaire (v. 342), dans lequel séjourne l’armée d’Agamemnon, qui attend de pouvoir cingler sur Troie. Le choix d’uncamp grec est remarquable à plusieurs titres. Tout d’abord, situer la scène en Grèce, c’est pour Racine affirmer qu’il appartient au camp des Anciens contre celui des Modernes. En effet, il met fin au cycle des tragédies orientales, inauguré par Bajazet (1672) et clôturé par Mithridate (1673), pour se pencher sur l’histoire légendaire de la Grèce. Dans Iphigénie, il choisit ainsi de relater l’undes épisodes les plus pathétiques et les mieux connus de la famille maudite des Atrides, relaté avant lui notamment par Euripide : celui du sacrifice d’Iphigénie par son propre père. Dans la préface de la tragédie, il rend hommage aux génies antiques et dit « la vénération qu[’il a] toujours eu pour les ouvrages qui nous restent de l’antiquité ». L’invention passe donc pour Racine par l’imitationdes chefs-d’œuvre de l’Antiquité. De plus, situer la scène dans un port d’Aulis, c’est faire d’éléments épiques le décor de la tragédie. Contrairement à la majorité des pièces écrites jusque-là, l’intrigue ne se déroule pas dans l’anti-chambre d’un palais. Agamemnon le rappelle à Clytemnestre dans la scène 1 de l’acte III : « Vous n’êtes point ici dans le palais d’Atrée. / Vous êtes dans un camp[…] ». Le lieu justifie donc l’atmosphère épique, qui souffle sur la pièce. Dans Iphigénie, les bruits de bottes des soldats côtoient le bruit sourd des voiles des navires, qui attendent le départ au combat. Mer, port, vaisseaux, armes, et projets de conquête dessinent le décor tragique. Enfin, situer la scène dans un port d’Aulis, c’est choisir un espace de l’entre-deux. Le camp est à la fois un lieuclos, un piège, dont on ne peut s’échapper (Agamemnon échoue à faire s’enfuir Iphigénie : IV, 10) et un lieu ouvert (sur l’avenir : le départ de la flotte grecque ; le mariage d’Iphigénie). Ainsi, ce lieu indéfinissable est à l’image de l’hésitation et de l’incertitude qui traversent toute la tragédie : Iphigénie sera-t-elle sauvée ou mourra-t-elle ? Le port est aussi une zone-limite, un territoire« extrême », où se rencontrent le « sauvage » et le « cultivé » . Les héros tragiques sont sans cesse poussés dans leur dernier retranchement. Conduits « jusqu’au fond de la Grèce » (v. 698), ils sont confrontés à un choix éthique : être humain et refuser la cruauté des dieux ou se soumettre à une force aveugle en sacrifiant une victime innocente. Ils doivent ainsi faire taire ou au contrairerévéler, exprimer leur part d’humanité.
4. J.-P. VERNANT, La Mort dans les yeux, [1985], « Textes du XXe siècle », Hachette, 1995.
Le temps
Pièce classique, Iphigénie respecte aussi la règle de l’unité de temps. L’intrigue se déroule sur une seule et unique journée. Ainsi, le rideau se lève à l’aube (« […] Quel important besoin / Vous a fait devancer l’Aurore de si loin ? », v. 3-4) pour se refermerà la tombée de la nuit, sur un ciel noir déchiré par le « tonnerre » (v. 1774). D’un monde immobile et figé, on passe donc à un déchaînement des éléments durant cette unique « journée » (v. 869). Pièce classique, Iphigénie l’est aussi car elle ressuscite l’époque antique. Nous avons déjà dit que Racine s’inspirait d’Euripide et du cycle narratif des Atrides pour écrire sa tragédie. Il redonneainsi vie à la période de l’Antiquité, que les Anciens révèrent comme modèle et source de leur création.
Les personnages
Les personnages fonctionnent par couples dans Iphigénie. D’un côté, le couple Agamemnon/Iphigénie incarne le respect des dieux et de l’ordre ancien. De l’autre, Clytemnestre et Achille défient l’ordre monarchique et divin. A l’écart, se tient Ériphile, princesse sans rang,...
tracking img