Ivanov commentaire de texte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3582 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé : Scène IX à XI de l’Acte IV

| | |
| | |
| ||
| | |
| | |
| ||

Les trois dernières scènes d’Ivanov semblent avoir été les plus retravaillées de toute l’œuvre. Nous comptons ainsi, trois versions totalement différentes de ces dernières, écrites entre 1886 et 1889 et proposant des alternatives tout à fait différentes même si menant au même état de fait. Ceci s’expliquant peut être par les remarques faîtes àTchekhov vis-à-vis de l’incompréhension qu’avait suscité la mort d’Ivanov à la fin de la scène XI. L’auteur écrira, à ce propos, dans sa correspondance à son frère Alexandre ( 20 novembre 1887) : « Le public refroidi et fatigué ne comprend pas cette mort ».
Ces trois scènes prennent place après la tentative, plus ou moins réussie (selon les versions) de détourner Sacha du mariage qu’il juge néfastepour la jeune femme, ainsi qu’à la suite du premier dénouement qui s’exprime à travers le refus de Chabelski d’épouser Babakina. C’est également au tour d’Ivanov de chuter, prenant sa place dans la réaction en chaîne instaurée lors des scènes précédentes.

Nous avons choisi de diviser cet extrait en trois parties. Nous nous trouvons face à la partition suivante : de « Papa, pour l’amour dedieu » (Sacha, acte IV -scène IX) à «je ne comprend pas » (Lébédev, Acte IV- scène X). En effet, ici Ivanov fait face à un duo père-fille tout à fait efficace. Lébédev soutient Sacha devant le raisonnement et la décision définitive qu’a pris Ivanov et que rien ne semble pouvoir détourner. Sacha et Lébédev ne font plus qu’un face au troisième personnage, ce qui nous donne une image de duo et de duelsimultanément. 
La seconde partie débuterait de « Ecoute mon pauvre vieux » (Ivanov, Acte IV-Scène X) à « Qu’il me ramène à la maison » (Ivanov, Acte IV- Scène X). A ce moment précis, Ivanov se lance dans une tirade qui tiendrait plus du monologue, un soliloque où il tente de mettre des mots sur ce qu’il éprouve, échouant encore une fois. La présence de Lébédev semble s’effacer et les traces dedualité et de duo s’estompe comme s’il ne restait plus qu’Ivanov sur scène. Il est seul face à lui-même, Lébédev lui-même devient spectateur.
La troisième partie commencerait de : «  Le témoin du marié est arrivé » (Une voix, acte IV-scène X) et prendrait fin au terme de la pièce. Nous remarquons ici un changement de ton radical. En effet, nous sommes en pleine cérémonie de mariage et Borkineapporte une illusoire touche de vie dans la pesanteur qui semble affecter le reste de l’extrait avec son entrain naturel. Arrive Lvov et la cacophonie reprend. Ivanov qui avait pu s’exprimer dans la partie précédente se retrouve encore une fois submergée par le nombre des interventions. Nous nous retrouvons devant un « débat parlementaire » et le propriétaire terrien perd la parole encore une foisavant qu’un ultime sursaut de vie ne l’affecte.

Nous verrons que le déséquilibre initié dans les scènes précédentes devient chute en présence d’Ivanov, ceci dans une dynamique de la spirale, de l’enfoncement et de l‘enclavement.
Nous étudierons dans un premier temps en quoi cet extrait est le témoin d’une profonde fracture symbolisée par des effets de contrastes et de paradoxes qui crée...
tracking img