Jacqueline harpman, la plage d'ostende

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 29 (7001 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sophie Vanlanduyt 6A

Séminaire de Floreffe 2010-2011



TFE : « La plage d’Ostende »

Jacqueline Harpman.





Jacqueline Harpman

Table des matières :

I . IntroductionII . Développement

A) Situation du roman dans l’oeuvre et la vie de l’auteur

B) Résumé de la fiction

C) Principales caractéristiques du roman
c.1) Temporalité
c.2) Instances narratives
c.3) La focalisation
c.4) L’espaceromanesque

D) Le côté psychanalytique du roman
d.1) Les relations entre les différents personnages
d.2) Le mythe de Narcisse, avoué par l’auteur

III . Conclusion

IV. Références



I. Introduction:



« La plage d’Ostende » est un roman écrit par Jacqueline Harpman. "Dès que je le vis,je sus que Léopold Wiesbek m'appartiendrait. J'avais onze ans, il en avait vingt-cinq... Je lus ma vie sur son visage et d'un instant à l'autre, je devins une femme à l'expérience millénaire."
Ce sont les deux premières lignes du roman, elles résument à elles seules ce que l’écrivain a écrit en 13 chapitres. C’est un roman relatant la psychanalyse des comportements des différents personnagescachée sous un premier amour inconsidéré que porte Emilienne, « l’héroïne », tout au long de sa vie. Un amour lourd et dur que le couple traînera jusqu’à la fin, et cet amour attentera aussi à leurs proches. Ce roman nous dit que l’amour, la dépendance, le côté narcissique que nous apporte le fait d’être aimé est destructeur pour tout ceux qui l’approchent… Le recul qu’il faut prendre sur lanarratrice, Emilienne, permet de dire que Harpman peint, à l’instar de l’amant, la complexité du monstrueux univers de la bourgeoisie belge de l’après guerre à nos jours. Ce roman est d’une part écrit d’une belle manière, mais il est aussi intelligent. Afin d’être correct envers l’oeuvre de Harpman, il faut bien cerner les différences et les similitudes entre ce que pense l’auteur et son héroïne. Tout estréfléchi, des temporalités au découpage du roman selon certains chapîtres, Harpman a écrit un roman loin de n’être juste qu’« une belle histoire d’amour légèrement à l’eau-de-rose ».

Ce roman est faussement autobiographique, bien qu’il soit, pour moi, en partie auto-analytique. En effet, Harpman ne raconte pas son histoire mais l’histoire d’Emilienne qui raconte sonhistoire. Pour cela, elle se “colle à la peau” d’Emilienne, la pénètre au plus profond de son être, de ses pensées, elle adhère totalement à la vie passée de son personnage. C’est pourquoi, je vais mettre en corrélation l’auteur et son oeuvre, à l’aide de ses propres dires et de sa biographie. Tout cela en perçant le déroulement et la thématique de la fiction à travers les différents types delieux, la narration, la temporalité et la focalisation.



II. Développement:

A) Situation du roman dans l’oeuvre et la vie de l’auteur.

Jacqueline Harpman est née à Bruxelles en 1929. En 1940, sa famille quitte la Belgique pour aller au Maroc, dans la ville de Casablanca, où elle vivra pendant cinq ans. Une partie de sa famille est déportéeen Allemagne lors de la deuxième guerre mondiale, une partie de sa famille qu’elle ne reverra jamais. Harpman est admise au collège de Casablanca où elle étudie les langues modernes. Fascinée par son professeur de français, elle se passionne pour la grammaire, la syntaxe et les classiques de la littérature.
En 1945, elle revient en Belgique et termine ses humanités à Bruxelles. Après...
tracking img