Jacques cartier

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1240 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Étape 1 : Plan comparatif du développement
Point de vue : Non. Malgré le fait que les deux textes abordent le succès apparent des Français, ils ne sont pas présentés de la même façon.
Argument principal 1 (caractéristiques communes)
À première vue les Français sont présentés de façon similaire dans les deux textes, dans le sens ou la richesse est signe de supériorité.
Sous-argument 1.1Sous-argument 1.2
Selon extrait de Jacques Cartier, les Français utilisent leurs richesses pour séduire les Amérindiens. Dans le dialogue de Monsieur le baron de Lahontan, il présente la supériorité des Français en ayant comme seul critère l’énumération de leur richesse en bien matériel.
(La vie plus belle lorsque riche…)
Illustration 1.1 Illustration 1.2
« Et après qu’il eut fini sa dite harangue,nous lui montrâmes une hache, feignant de la lui bailler pour sa peau. À ceci il acquiesça et peu à peu s’approcha du bord de notre navire, croyant avoir la dite hache.»
(L.15-17)
« […] et incontinent il en entra deux ou trois dans leur barque et on les fit entrer dans notre navire, de quoi ils furent bien étonnés. Et étant entrés ils furent assurés par le capitaine qu’ils n’auraient nul mal […]et on les fit boire et manger, et faire grande chère.
(L.17-20)

«Y a-t-il une vie plus agréable que celle d’un nombre infini de gens riches à qui rien ne manque? Ils ont de beaux carrosses, de belles maisons ornées de tapisseries et de tableaux magnifiques; […] de l’argent pour faire grosse grâce.»
(L.19-22)
Explication 1.1 Explication 1.2
Il est évident que la richesse que possède lesFrançais, dans ce cas-ci, la hache, fait envier l’Amérindien. Il va jusqu’à oublier sa méfiance envers ceux- ci pour en posséder une. Dans cet extrait, on utilise de longue énumération de richesse que les Français possèdent pour démonter, mais surtout, pour faire comprendre à Adario, le besoin essentiel de posséder ces biens dans le but d’avoir ‘’ LA’’ meilleure vie.
Argument principal 2 (Lesdifférences)
Si l’on regarde plus profondément les deux textes, il nous apparait clairement que la richesse des Français n’est pas perçue de la même façon par les Amérindiens.
Sous-argument 2.1 Sous-argument 2.2
Dans le récit de Jacques Cartier, les Français parviennent à attirer les Amérindiens avec leur richesse, de manière à leur faire croire meilleure vie ailleurs. Tout d’abord, le baron deLahontan fait une description à Adario, un sauvage, de sa vision d’une vie agréable par le fait de posséder autant de richesse, mais ce dernier en est fort peu intimidé puisqu’il a lui-même constaté ces dires.
Illustration 2.1 Illustration 2.2
« […] Et que nous y retournerions bientôt, et leur apporterions des articles de fer et autres choses; et que nous voulions amener deux de ses fils avecnous, et puis les rapporterions au dit havre. Et accoutrâmes ses dits fils de deux chemises, et en livrées, et de bonnets rouges, et à chacun sa chaînette de laiton au col.»
(L.21-24) «En sommes- nous plus malades, ou plus incommodés que les Français qui ont ces palais, ces lits et ces cuisiniers? Hé! Combien y en a-t-il parmi vous, qui couchent sur la paille, sous des toits ou des greniers que lapluie traverse de toutes parts, et qui ont de la peine à trouver du pain et de l’eau? J’ai été en France, j’en parle pour l’avoir vu […]. »
(L.10-13)

Explication 2.1 Explication 2.2
Pour les Français, le fait de proposer au chef Amérindien de repartir avec deux de ses fils, de leur remettre des biens vestimentaires ainsi que de leur promettre de revenir ultérieurement dans le dit havre,tout cela fait que ce dernier est fort attiré par leur richesse.
(Le voyage de ses fils en plus de biens matériels au retour de ces derniers.) Le baron de Lahontan est persuadé que la richesse est source d’une vie heureuse. Pour avoir vu ce qu’est la France, le sauvage huron, Adario, n’est pas du tout convaincu par ce dernier. Adario a pu de lui-même constater qu’il y avait pleins de belles...
tracking img