Jacques le fataliste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1938 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jacques le Fataliste
Diderot : participe à rédaction Encyclopédie, philosophe (sens large au XVIIIe : celui qui manie les idées) des Lumières (libérer les esprits des préjugés politiques et religieux+ éclairage de l’illumination des souverains), alors que Voltaire est déiste (anticlérical sans nier l’existence du « grand horloger », Dieu comme mécanisme + puissance divine pour l’éducation desmasses). Diderot est marginal et matérialiste (seule la matière existe, position radicale, athée mais pas exprimé > Bastille).
S’intéresse au théâtre. Tente de créer le drame bourgeois (supprimer séparation tragédie (grandeur & larmes) et comédie), un théâtre qui soit construit sur le pathétique et l’émotion, avec une dimension morale (> spectateur).
Contes (dont le premier s’intituleCeci n’est pas un conte) alors que les genres narratifs au XVIIIe sont considérés comme frivoles. Le genre traditionnel ne convient pas à Rousseau, il les renouvelle, invente essai philosophique. Il est novateur.
Jacques le Fataliste est publié après la mort de Diderot, car l’œuvre de Diderot est une œuvre en chantier, il est un être de la pensée en mouvement, jaillissante, qui se remet enquestion : preuve du refus de la clôture dogmatique > 3 dénouements proposés à la fin de Jacques le Fataliste.

I) Le personnage de Jacques : du picaro à l’ « espèce de philosophe »

A) Le Picaro :
* Naissance vile, pas de parents (orphelin) > déclassé, sans encrage familial, il vit jusqu’à 12 ans chez ses grands-parents, brocanteurs. Enfance à laquelle il veut échapper. 8 maîtressuccessifs : vie de nombreuses servitudes avant le maître actuel. Des conquêtes nombreuses (Suzanne et Marguerite) qui débouchent sur une véritable histoire d’amour envers Denise.
* Le thème du voyage
* La prison, il est libéré par une troupe de brigands (leur chef est Mandrin, réel) > moralité douteuse de l’ordre établi.
* Les séjours dans l’auberge associés au voyage
* Ildevient soldat, batailles etc.
Discontinuités narratives, au mépris de toute chronologie : pour le lecteur, reconstituer les étapes de son voyage est difficile (rencontre Denise avant ses ébats dans le récit
B) Un être qui n’est pas un parasite cynique qui profite de la société (différent d’un picaro), personnage positif : il est franc honnête et brave

* Pas de quête de l’argent. Puisquevoyage itinérant mais sans mendiance.
* Un héros sensible et généreux, charitable (cruche d’huile cassée > donne tout son argent) (cadeaux à Denise sans contrepartie)
* Alternance des moments d’initiatives et où il est balloté, sans le vouloir.

* Sa nature profonde l’éloigne progressivement du picaro

C) Porte-parole d’une philosophie : « il se pique d’une philosophie »* En parole défend une des thèses de Spinoza qui consiste à dire que « tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas est écrit là-haut » FATALISME
Phrase inspirée de son capitaine > Forme de paradoxe burlesque (les militaires ne sont habituellement pas philosophes)

* « grand rouleau » du destin où tout aurait été écrit à la fois, tout est régit par le destin > le fatum (laparole) > idée que le destin a été énoncé

* Mais dès qu’un phénomène inexplicable se produit > pensée mécanique, répétitive « comme un perroquet » dit le maître, Jacques applique un refrain philosophique, parfois en contradiction avec ses propres actes. Texte auquel on se raccroche pour justifier les évènements. Le narrateur dit qu’il est « sujet à oublier ses principes ». ex : Lecheval acheté au bourreau va sans cesse au gibet, et Jacques prend ça pour un présage, mais explication rationnelle : le cheval fait ceci par habitude.
Le roman propose plusieurs interprétations sans jamais trancher. Ex : Les brigands et le vol, que Jacques tente de stopper. Jacques ne comprend pas le fatalisme, et son action est liée avec un apparent hasard. L’idée du déterminisme est essentielle...
tracking img