Je demeure le meme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2119 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L'unité de l'œuvre d'un grand peintre, dont on sait reconnaître le pinceau depuis ses premiers tableaux jusqu'aux réalisations de ses dernières années, n'est pas contradictoire avec des changements dans son style ou ses sujets d'inspiration, qui peuvent varier dans l'espace d'une vie. Son art varie avec le temps, mais ce dernier est aussi ce qui manifeste la permanence du style propre àl'artiste.
Comment, plus généralement, penser cette identité du moi au cours du temps : comment se fait-il qu'en dépit des changements, je reste le même ? Le temps est en effet ce qui à la fois me fait changer et ce qui témoigne de ce que je reste le même. Comment penser l'identité du sujet et la cultiver au mieux ?
La permanence du sujet que je suis dans l'expérience, qui semble offrir une premièreréponse, est cependant insuffisante: c'est en effet l'identité du sujet de la connaissance et, plus encore, celle du sujet de l'action qui permettra de comprendre comment je peux rester le même en dépit du temps.

L'expérience me présente mon moi comme changeant. Je vieillis, mes goûts se modifient, mes activités changent au cours de mon existence, je ne revois plus volontiers les mêmes personnesque j'aimais voir il y a quelques années. Tout cela me montre que je ne demeure pas le même au cours du temps, et c'est à peine si j'arrive à comprendre pourquoi j'ai pu agir de telle façon jadis, tant je suis devenu étranger à moi-même, au point que je douterais que c'est moi qui avais agis ainsi, si je n'avais pas gardé la mémoire de mes actes. Il n'empêche cependant que, quoique j'aie changé,c'est bien moi qui suis l'auteur de mes actes passés, et c'est bien à moi que l'on peut imputer mes fautes passées ou attribuer mes mérites éventuels, et à personne d'autre. Je reste donc toujours d'une certaine façon le même, quoi que je devienne. Quelle est donc cette part de moi-même qui semble rester invariable?


Une chose en tout cas m'accompagne de ma naissance à ma mort: mon corps.Quoiqu'il puisse lui aussi changer, on me reconnaît malgré mon âge, il y a quelque chose qui reste dans mon apparence physique. Mon corps, quoiqu'il se développe et se transforme, suit en cela les lois de son évolution interne et conserve ainsi quelque chose d'invariant. Mon code génétique, qui symbolise mieux que tout cette invariabilité physique de mon être, me permet de rester le même tout au longde mon existence. À cette invariabilité chromosomique répond, à l'échelle macroscopique, l’invariabilité de mes traits physiques, qui découle de l'identité de mon patrimoine génétique. Cette première forme de la permanence du sujet n'est pas à négliger, puisque c'est elle d'abord qui permet à autrui de me reconnaître. Je reste le même d'abord parce que mon corps reste mien et unique, de la couleurdes yeux aux empreintes digitales.

Ce qui permet de reconnaître quelqu'un d'après son apparence, c'est ainsi d'abord son corps. Mais celui-ci ne doit pas seulement être conçu comme la somme de ses constituants matériels. Un corps, c'est aussi une certaine façon de se tenir, une certaine expression du visage, une certaine intonation de la voix, une certaine manière de parler. On ne peutcirconscrire le corps à sa dimension physique; avoir un corps, c'est déjà avoir autre chose qu'un corps. De ce fait, l’identité physique ne peut jamais être séparée de l'individualité psychologique qui la détermine et par quoi elle est à son tour déterminée. Je demeure en ce sens ce que je suis parce que j'ai un certain naturel, un certain tempérament, un certain tour d'esprit, des qualitésintellectuelles qui me définissent. Comme être pensant, je possède des qualités qui permettent elles aussi de me caractériser, et par les quelles je me caractérise moi-même. La mémoire tient ici une place privilégiée: c'est par elle que se constitue le sentiment de mon identité, qui fait que je ne suis pas à tout instant plongé dans l'extériorité, que je ne peux me retrouver ou me ressaisir moi-même. Mon...
tracking img