Je me ferais savant, du bellay

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1119 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Je me ferais savant, Du Bellay

Du Bellay était un poète français du XVIème siècle, , courant de pensée idéaliste qui place l'homme au centre du monde et pense que l'Homme est capable de comprendre le monde. Il a été au Collège Coqueret et a eu comme enseignant le plus grand professeur humaniste Jean Dorat.Sa rencontre avec Ronsard fut à l’ origine de la formation de la Pléiade qui souhaitaitdéfinir de nouvelles règles poétiques. Il a conçu le projet de renouveler et enrichir la langue française avec Défense et illustration de la langue française.Il suit son cousin le cardinal en 1553 à Rome.
Il fut en exil pendant 4 ans à Rome mais cette ville qu’il a tant magnifiée dans ses rêves le déçoit. De retour à Paris, il publie « Les Regrets », un recueil de 191 sonnets en alexandrins. Il ala forme d'un journal intime d'un poète qui fait part de ses cruels désillusion. Il a découvert chez les Romains le monde d'intrigue. Il utilise un ton satirique, et un ton élégiaque ( = regrets ). Ce sonnet utilise un ton proche de la confidence. Le poète se plain de l'inutilité du voyage accomplit, présenter comme un échec personnel. Nous nous demanderons comment Du Bellay, grâce à la formecontraignante du sonnet, se prête ici à l'évocation contradictoire d'un rêve humaniste enthousiaste et d'une profonde déception.

I] Récit d'une expérience personnelle à valeur d'exemple.

_ poème lyrique inspiré de sa vie à Rome. Il est deçu de son voyage à Rome. Une déception d'autant plus forte qu'elle retombe d'un enthousiasme qui avait précédé le voyage. Une oeuvre au coeur de laquelle il y al'auteur. Il s'ajoute donc un aspect émotionnel très fort car c'est lui-même qui est l'héros de son oeuvre. Il met en scène un sentiment mais il met en scène une situation autobiographique.
a) Omniprésence de la 1ère personne.
" Je " est toujours à des places fortes. " Je " est renforcé par " me " ( verbe pronominal ) retourné contre lui-même. Le poème est essentiellement centré sur lui, sur sapersonne. " Je " acteur (vers 5-6), place forte. " Je suis venu si loin " (vers 9). " me vantais en moi ", répétition lourde, chaque action consiste à se vanter en lui-même. Une fermeture sur soi. Un orgueil du personnage ( "comme moi ") omniprésence du m ( "moi","me" ). C'est lui qui aurait du se comparer au marinier qui est comme lui alors que c'est le marinier qui fait le plus de voyage. Il y aune présence du " lui " partout. Présence du lyrisme ( " Ô beaux discours "), plainte ( soin=soucis). Thématique élégique traditionelle, il exil et rajoute la fuite du temps.
b) Un jeu sur les temps verbaux représentatifs d'une expérience réelle.
Chronologie: Un jeu sur les temps = étapes. Chronologie de son aventure, qui part du passé et qui arrive au passé composé. " Je suis venu si loin " =il y est encore. Il actualise sa situation et on a l'impression qu'il y est encore. Au lieu du futur, il aurait dû employer le conditionnel, un souhait dans le passé, il nous fait vivre son aventure passé.
Un effet de style direct, nous rend plus proche de l'auteur. On la vit avec lui et on souffre avec lui. L'imparfait nous plonge dans la rupture que ses souhaits n'ont pas été réalisés.
c) Unapologue ?
Ce sonnet met très en avant un conseil de vie générale. Travail de généralisation : le marinier. Son aventure devient une aventure courante ( que d'autres ont déjà vécu). Thème du voyage ( " si loin ", " marinier", "harengs").
1ère morale: Il vaut mieux rester chez soi que voyager. Ne pas quitter sa terre natale. Risque de quitter sa patrie, il n'y a pas mieux ailleurs.
2ème morale:idée que la réalité vient démentir les rêves et les idéaux . Rudesse de la réalité : " Ô beaux discours humains ! " exclamation ironique.

Conclusion: Ce poème est assez caractéristique des poètes de la Pléiade. Nos poètes reprennent un thème à la mode, qui en fait s'insère dans un cadre codé. Morale, donner un caractère universel, cliché assez habituel. Poésie de la philosophie

II] Un...
tracking img