Je sais pas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5450 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Les origines des grandes découvertes

Les moyens (Grâce à quoi les voyages de découvertes ont-ils été possible ?)
Il y eu un ensemble de progrès dans l’art de la navigation qui ont permis ces grandes découvertes :
- apparition de la caravelle (illustration p.90), nouveau type de navire capable d’affronter les fortes houles de l’océan. Jusque là, la galère était trop basse pouraffronter les hautes vagues de l’océan. La nef (navire à voile qui existe dès le Moyen Age) est trop lent car un seul mat et une seule voile. Or la caravelle a trois mats et cinq voiles, est plus léger que la nef et suffisamment haut pour résister aux fortes houles.
- l’astrolabe. Grâce à lui, on pouvait calculer la hauteur apparente des astres. En déterminant la hauteur de l’étoile polaire oudu soleil (quand au sud de l’équateur, l’étoile polaire n’est plus visible), on avait appris à déterminer la latitude (NB : en revanche faut de chronomètre exacte, les erreurs étaient souvent très fortes lorsqu’il s’agissait de déterminer la latitude)
- la boussole, au départ, invention arabe. Les Arabes introduisent une aiguille aimantée qui sert à indiquer le pôle magnétique. LesItaliens l’améliorent et créent la boussole.
- Le gouvernail d’Etambot, découvert en Chine puis exporté en Occident. Ce dernier pivote sur des charnières fixes à la poupe (arrière) du navire. Meilleure manœuvrabilité.
- Des progrès dans le domaine de la cartographie grâce notamment aux Portugais qui, depuis 1420, environ exploraient méthodiquement la côte occidentale de l’Afrique.Pourquoi ?
Le but est d’atteindre par voie de mer les pays d’extrême Orient : Inde, Chine, Japon.

L’intérêt est économique : mettre fin au monopole musulman et vénitien sur le commerce des épices et de la soie en provenance d’extrême Orient.
De ces régions lointaines, encore très mal connues, le Vénitien Marco Polo avait décrit les fabuleuses richesses. (A partir de 1271, Marco Polotraverse l’Europe et l’Asie pour atteindre ces régions par voie terrestre. Il laisse un récit de ses voyages qui s’intitule livre des merveilles du monde rédigé en Français. Seul document européen sur la Chine mongole, ce livre accrédite le mythe d’un extrême Orient fabuleusement riche :
- La Chine que Marco Polo appelait Cathay produisait surtout la soie,
- Le Japon qu’il appelaitCipangu, passait pour regorger d’or,
- Plus au sud, les îles de la Sonde et l’Inde étaient le pays des épices : poivre, cannelle, clou de girofle, muscade, gingembre dont l’Europe faisait une extraordinaire consommation en cuisine et en pharmacie.
Or, cette soie et ces épices arrivaient à Beyrouth et à Alexandrie grâce aux marchands musulmans. Les Vénitiens venaient les chercher pour lesrevendre ensuite à des prix élevés. Portugais et Espagnols voulurent se rendre en Extrême Orient pour y acheter directement et enlever ainsi aux Vénitiens et aux Musulmans le monopole qu’ils détenaient.
Ajoutons à cela évidemment, l’attrait de l’or de Cipangu.

Enfin dernier motif à ne surtout pas négliger : L’Evangélisation de nouveaux peuples.
Par exemple, au XVIème siècle, les Portugaisinterviennent dans les luttes entre clans japonais pour le titre de Shogun. Ils fournissent des armes à feu contre la promesse du Daimyo (ou daïmio) d’être chrétien.(1542 : arrivée des Portugais, 1549 : début de l’Evangélisation)


Quelques voyages
Doc 1 p.100

Les Portugais recherchent la route vers l’Extrême Orient en contournant l’Afrique :
- en 1487, Diaz arrive jusqu’au cap deBonne Espérance (extrémité sud de l’Afrique)
- en 1498-1499, Vasco de Gamma atteint l’Inde.

Les Espagnols recherchent cette même route vers l’Ouest :
- la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, en 1492, est donc le fruit du hasard. Lui croit d’ailleurs qu’il a découvert une nouvelle route vers les Indes. Ce n’est qu’après le voyage d’un certain Amerigo Vespucci, en...
tracking img