Je sais pas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2809 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Extrait choisis:

« Après la révolution de Juillet, lorsque le banquier libéral Laffitte conduisit en triomphe son compère le duc d'Orléans à l'Hôtel de ville, il laissa échapper ces mots : « Maintenant, le règne des banquiers va commencer. » Laffitte venait de trahir le secret de la révolution. 
Ce n'est pas la bourgeoisie française qui régnait sous Louis-Philippe, mais une fraction decelle-ci […] ce que l'on appelle l'aristocratie financière. Installée sur le trône, elle dictait les lois aux Chambres, distribuait les charges publiques, depuis les ministères jusqu'aux bureaux de tabac.
La bourgeoisie industrielle proprement dite formait une partie de l'opposition officielle, c'est-à-dire qu'elle n'était représentée que comme minorité dans les Chambres. Son opposition se fit de plusen plus résolue au fur et à mesure que le développement de l'hégémonie de l'aristocratie financière devenait plus net et qu'après les émeutes de 1832, 1834 et 1839 noyées dans le sang elle crut elle-même sa domination plus assurée sur la classe ouvrière. […]
La petite bourgeoisie dans toutes ses stratifications, ainsi que la classe paysanne étaient complètement exclues du pouvoir politique.Enfin, se trouvaient dans l'opposition officielle, ou complètement en dehors du pays légal les représentants idéologiques et les porte-parole des classes que nous venons de citer, leurs savants, leurs avocats, leurs médecins, etc., en un mot ce que l'on appelait les capacités.  »


1) Introduction

Karl Heinrich Marx était tour à tour philosophe, économiste, théoricien socialiste et communisteallemand. Il est né le 5 mai 1818 en Rhénanie, à Trèves plus précisément et est décédé dans la capitale Anglaise le 14 mars 1883. Ce que l’on retiens essentiellement de lui, c’est son « matérialisme historique » , il s’agit d’une conception où les faits historiques sont la résultante des rapports sociaux, des conflits entre les « classes sociales » comme les nommait Marx. Il a beaucoup travailleravec Friedrich Engels (1820-1895) qui était lui aussi philosophe et théoricien socialiste allemand. Ils étaient de grands amis. Marx est l’auteur de nombreux ouvrages très célèbres comme le Manifeste du Parti communiste (1848), les Théories de la plus-value (1862-1863) , Le Capital (1867 ), Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, (1852), Les Luttes des classes en France (1850) . Cette dernière œuvreretrace les débuts de la Seconde République. Celle-ci débute le 24 février 1848, avec une proclamation provisoire, mettant fin à la monarchie de Juillet de Louis-Philippe, puis s’achève le 2 décembre 1851 en raison du coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Elle aura été relativement courte et est spécifique dans la mesure où c’est la deuxième révolution française du XIXème siècle. L’ouvrage LesLuttes des classes en France de Marx se divise en quatre grandes parties. La première s’intitule de février à juin 1848, avec un premier paragraphe : la défaite de juin 1848 d’où est extrait ce passage ainsi qu’un deuxième paragraphe République française ! Liberté, Égalité, Fraternité !. Ensuite, une deuxième partie De juin 1848 au 13 juin 1849, une troisième partie nommée Du 13 juin 1849 au 10mars 1850 et enfin, une dernière partie intitulée : L’abolition du suffrage universel en 1850. Le problème que pose cet extrait est de savoir : Quelles sont les classes sociales que distingue Marx et leurs rôles dans la sous la monarchie de Juillet? Ce texte se divise en deux grandes parties, elles mêmes divisée en deux sous parties. La première grande partie va de « Après la révolution » (ligne 1) à « de tabac. » (ligne 8 ) et montre le triomphe de Jacques Laffitte et le rôle dominant de l’aristocratie financière après la révolution de Juillet. Dans la première sous-partie ( « Après la révolution » à « secret de la révolution.» ), Marx présente la victoire de Jacques Laffitte et du duc d’Orléans en 1830. Dans la deuxième sous-partie, ( « Ce n'est pas » à « de tabac. » ), Marx distingue...
tracking img