Je vis je meurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1079 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Louise Labé
Je vis, je meurs

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amourinconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur. 

Louise Labé (1524-1566)

Plan:

1. Spécificité du sonnet
a. La construction
b. La versification

2. Situation d’énonciation
a. le registre lyrique
b. Le cadrespatio-temporel

3. Désordres des sentiments amoureux
a. 2 figures de style clé
b. La vision de l’amour
Intro:
Louise Labé : (1524-1566), elle est originaire de Lyon d’un milieu bourgeois (bonne éducation) mais elle est imprégnée de la culture italienne (latine + italienne). C’est une femme atypique (hors norme) : elle est maître d’arme et fréquente les salons. Elle st condamnée par Calvinpour une vie trop libre. A 16 ans, elle tombe amoureuse d’Olivier de Magny (ami de Du Bellay). C’est un amour malheureux qui est à l’origine de beaucoup de poème.
Entre 1545 et 1555 elle publie « Elégies et sonnets », « Débat de Folie et d’Amour ». C’est de la poésie lyrique (joie, amour, corps, cœur) et de la poésie élégiaque (tristesse, mélancolie, nostalgie ; lié au cœur et au passage du temps)« je vis, je meurs » est le poème le plus célèbre de Louise Labé, c’est le 8èmesonnet de son recueil « Elégies et sonnets ». C’est un sonnet dans la tradition pétrarquiste dont on voit l’influence. Elle y reprend la description de la passion et des sentiments contradictoires. C’est un registre lyrique mais elle adopte un point de vue général.

Développement du plan:

1. Spécificité dusonnet
a. La construction
* 2 quatrains et 2 tercets avec un vers central qui fait le lien : v.9articulation forte : « Ainsi »
* Le 2ème quatrain : énumération des effets physique et de la psycho passion, sorte d’accumulation des verbes et des adjectifs. Ex : v.1
a) Les 2 tercets ont une unité de thème : les erreurs de l’amour. « Je » est la victime de cet amour. Le dernier vers montreun retour au départ. C’est un poème circulaire.

b. La versification
* en 14 vers à 10 syllabes (décasyllabes)
* rimes embrassées dans les quatrains (ABBA) et dans les tercets rimes croisées (CDC) et rimes plates (CDD).
* 4 rimes différentes seulement : « oie », « ure », « ère » et « eur ». Ces rimes font ressortir la gamme sonore et traduit l’obsession de la passion, l’emprisonnementdu sujet dans l’amour.
* un sonnet très bien construit avec le rythme et les sonorités qui traduisent l’idée
sonnet parfait. Il y a quelques contraintes pour le sonnet, celui-ci est au service de son thème, des contraintes poétiques et amoureuses.
* Le sonnet est un poème à forme fixe.

2. Situation d’énonciation
a. le registre lyrique
* « je » est omniprésent dans toutes lesstrophes et parfois plusieurs fois, il est employé avec le pronom personnel « me » et l’adjectif possessif « mon » v.14.
* poème centré sur l’expression personnel. Cela montre l’envahissement de la passion qui occupe tout : corps + âme c’est une forme de dépendance. On oublie le reste du monde. Celui qui provoque la passion est absent (déréalisé) car il n’y a pas de marque de la 2ème personne.L’amour se joue du personnage que de l’homme.
* « Amour » est personnifiée mais impersonnel. Le processus de la passion est toujours le même idéalisation qui dépasse la figure de l’amant : chacun aime d’abord l’amour.

b. Le cadre spatio-temporel
-le texte utilise le présent d’énonciation mais ne définit aucun cadre spatio-temporel on ne sait ni où ? Ni quand ?
C’est une description de...
tracking img