Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part de gavalda

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2281 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, Anna Gavalda, 1999

1) Biographie d’Anna Gavalda :

Anna Gavalda est une femme de lettre française née le 9 décembre 1970 à Boulogne- Billancourt.
Elle vit une enfance heureuse et bucolique avec ses parents et ses trois frères et sœurs à la campagne. Quand elle a quinze ans, ses parents se séparent et Anna est envoyée dansune école catholique. Le choc est rude. Une fois sortie de ce « couvent », elle a plus envie de liberté que d’études. Après une première année de classe préparatoire en lettre désolante, elle obtient une maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne. Elle exercera ensuite plusieurs métiers : fille aux pair aux Etats-Unis, prof de français, traductrice de romans Arlequin...
Elle lit beaucoup, aimel’écriture et l’aventure commence réellement en 1992, où elle devient lauréate France Inter pour «La plus belle lettre d’amour ». Encouragée, elle remporte tous les concours de nouvelles auxquels elle participe et l’idée de se faire publier se renforce. Malgré de nombreux refus, seul « Le Dilettante » lui offre sa chance.
Par la suite, les succès littéraires s’enchaînent et Anna Gavalda devient unécrivain reconnu, en particulier grâce à « Ensemble c’est tout » qui sera même produit au cinéma.
Aujourd’hui divorcée, avec deux enfants, elle vit à Melun, où elle est documentaliste à mi-temps dans un collège, chroniqueuse pour le magazine « Elle » et membre du jury pour le prix de la bande dessinée d’Angoulême. Elle écrit environ trois heures tous les matins.

Bibliographie :Nouvelles : -Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, 1999
-Nouvelles à chute, 2004
Romans : -L’échappée belle, 2001
-Je l’aimais, 2003
-Ensemble c’est tout, 2004
-A leur bon cœur, 2005
-La Consolante, 2008
Roman jeunesse : -35 kilos d’espoir, 2002

2) Genre littéraire :

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part est un recueil de douzenouvelles.
En effet, les différents récits possèdent bien les caractéristiques de la nouvelle.
L’action se déroule toujours dans le même lieu, c’est un moment court dans la vie de la personne concernée et la plupart du temps, ce sont eux les narrateurs de leur propre histoire.
Les personnages sont peu nombreux et très souvent, on retrouve un effet de surprise, une chute à la fin des nouvelles. Enfin,chaque récit est centré sur un évènement important.

3) Thèmes essentiels abordés, principaux registres :

Ce recueil de nouvelles fait partie du registre réaliste et je trouve intéressant le fait que
l’auteur crée un véritable contraste, en effet, d’une nouvelle à l’autre, on passe vraiment du sourire aux larmes, on ne peut donc pas choisir entre les deux opposés comique et dramatique pource livre.
Ces récits sont les reflets de la vie quotidienne et sentimentale de différents personnages. Le principe est simple, je pense que l’auteur veut nous dépeindre la vie de gens communs, nous les montrer tels qu’ils sont, dans leur attachante simplicité. On entre facilement dans la vie du protagoniste grâce aux descriptions de ses habitudes, de ses envies, de sa « routine ». Il leur arrivedes choses qui pourraient nous arriver, ils nous ressemblent et cela dans le but de nous toucher encore plus, de nous rendre vraiment concernés.
Presque toutes ces histoires parlent de l’amour sous toutes ces facettes : le rêve d’amour, le manque, l’absence d’amour, l’amour maternel, l’amour désir. C’est un phénomène universel et cela ne peut qu’amener chez nous de la compassion et del’enthousiasme face aux problèmes ou réussites des personnages.

4) Résumé de l’œuvre

Résumé de « IIG » : (ou Interruption Involontaire de Grossesse)
C’est l’histoire d’une femme qui tombe enceinte et dont on suit les habitudes qui sont d’ailleurs celles de toutes les femmes durant la grossesse. L’auteur crée une sorte de caricature plutôt amusante de part sa sincérité et son ironie. L’attente est...
tracking img