Je n'ai plus que les os

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (888 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Propos

Le poème, « Je n’ai plus que les os », écrit par Pierre de Ronsard, est un sonnet. Il est donc constitué de deux quatrains et de deux tercets. Chacun des vers est formé de douze pieds, onles qualifie d’alexandrins. Dans ce sonnet, le personnage principal est l’auteur lui-même, soit Pierre de Ronsard. Tout au long du texte, il décrit sa propre mort. Celle-ci est imminente puisqu’il nepeut être guéri. Ronsard semble désespéré lorsqu’il décrit sa terrible souffrance et son impuissance face aux ravages sur son corps. Cependant, à la fin du poème, on ressent une lueur d’espoir,lorsqu’il imagine la réunion de lui et ses amis, si précieux, au ciel.

Thème principal

Le thème principal de ce texte est sans aucun doute la mort. Différents passages du texte le prouvent : « unsquelette je semble », « mon corps s’en va descendre où tout se désassemble ». Cela fait directement référence à la mort. De plus, on déduit évidemment que Ronsard décrit sa propre mort, imminente, puisquetout au long du poème, il parle avec le pronom « je ». Plusieurs mots et expressions qui sont employés font référence à ce thème. En voici quelques-uns : os, squelette, décharné, dénervé, démusclé,dépoulpé, trait de la mort, dépouillé, mort. L’auteur est sur le point de mourir et il nous fait part de ce qu’il ressent. Différentes figures de style nous aident à comprendre. Tout d’abord, « je n’aiplus que les os », dans le premier vers, est une hyperbole, puisqu’il n’a évidemment pas que les os. C’est une façon de mettre l’accent sur sa maigreur. Une personne sur le point de mourir maigritgénéralement beaucoup, cela fait donc directement référence à la mort. Dans le premier vers, on peut aussi constater une comparaison. L’auteur compare son corps à un squelette dans l’extrait : « unsquelette je semble ». C’est aussi un moyen de mettre l’accent sur son apparence. Pour finir, dans le dernier vers, Ronsard utilise l’euphémisme : « je m’en vais ». Cela signifie de manière moins...
tracking img