Jean claude kaufmann (1948) casseroles, amour et crises : ce que cuisiner veut dire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4562 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean Claude Kaufmann (1948)
Casseroles, amour et crises : ce que cuisiner veut dire
Introduction : ce livre est une recherche sur la cuisine familiale. Un enquêteur a toujours ses hypothèses avant de commencer sa recherche qui dure pendant plusieurs années. Kaufmann a remarqué que toutes les personnes interrogées recherchaient toujours le besoin d’exprimer et de faire partager leur plaisirpour la cuisine. L’alimentation reste une grande question des sciences sociales : la cuisine serait en effet le cœur de la civilisation et l’homme serait un « animal cuisinant »
1. Les aliments : de l’ordre aux désordres
Chaque culture a ses propres habitudes alimentaires qui provoquent parfois du dégoût voire même de l’horreur chez d’autre civilisation même si celles-ci se trouvent très prochesgéographiquement (France mangeuse de grenouilles, dégoût de l’Angleterre). Ces différences de cultures peuvent s’expliquer par le hasard de l’histoire et les habitudes ancestrales de chacun en tenant compte du fait que chaque époque ajoute ses strates de nouveautés culturelles. Ainsi, on peut établir dans chaque civilisation un ordre dans les aliments (de ce qui est bon à manger à ce qui ne l’estpas)
Dans un premier temps on peut noter que ce que l’on mange est déterminé par le système biologique : le goût serait un système d’alarme pour nous dire que ce qui n’est pas bon en bouche peut être nuisible à notre santé. C’est pour cela que l’on peut noter que l’alimentation a été une des premières médecines.
Ensuite, la religion a commencé à gérer ce qui est de l’alimentation et ce qui estde la formation du goût. En effet la religion instaurait une prescription qui instaurait des règles alimentaires (la Bible fût alors le premier guide alimentaire). Il ne s’agissait là ni d’explication rationnelle ni même diététique mais elle était suivie parce qu’elle était divine bien qu’imaginaire. Ainsi les comportements alimentaires étaient imposés par la religion : « religieusement correctplus que savoureux »
Troisièmement, on peut voir que l’origine religieuse a été oubliée mais que les « ordres du mangeable » sont toujours présents. La science, la médecine, la gastronomie et la culture sont alors de nouveaux facteurs de définition des ordres. Les idées scientifiques sont reconverties en croyances personnelles. Mais l’envie, le plaisir et le goût (qui vont à l’encontre de la Bibleavec la gourmandise) prennent place dans les cultures avec l’art des plaisirs. Ce sont des passions individuelles souvent incontrôlables. Comme ni la biologie, ni la religion ne peuvent contrôlée ces plaisirs, il a fallu instaurer la pensée médicale. En effet on parle à présent des effets thérapeutiques des aliments qui sont différents dans chaque culture avec par exemple le melon qui devait semanger avec de l’alcool ou de la charcuterie d’où aujourd’hui le melon au porto que l’on mange.
Après la science de la médecine, c’est ajouté la chimie avec les calculs des calories et la découverte de nouveaux éléments précis comme le sodium, le fer, le carbone, l’azote etc… La diététique devient alors une annexe de la chimie. Ceci a également provoque la honte de la science médicale présentéesprécédemment.
En suivant, nous avons alors le régime crétois et donc la culture paysanne locale qui serait à la pointe de l’innovation en concurrence avec les menaces sanitaires provoquées par la malbouffe qui se précisent dans nos sociétés. On peut alors présenter une cacophonie du discours alimentaire ambiant. Les informations scientifiques sont filtrées par des institutions comme les servicessanitaires de l’Etat, mouvement consumériste, industriel etc… a cela peut s’ajouter également l’influence des régimes alimentaires d’autres dynamiques sociales comme l’admiration de la minceur. Plus les croyances se multiplient, plus elles accentuent la réflexivité des individus. Eux pensent améliorer leur condition de vie en suivant les idées sur l’alimentation pour aller jusqu’à même une...
tracking img