Jean de la fontaine les animaux malade de la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 1 (250 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1.Une Fable qui rappelle les récits mythologiques

· Récit
· « Un mal qui répand la terreur » : allusion à Œdipe de Sophocle (mauvais comportement des Hommes qui entraîne deschâtiments avec la nécessité d’une victime expiatoire)
· Idée du destin
· Début récit mythologique puis scène de théâtre, justice et enfin morale

2. Variété, diversité

·Versification (rimes embrassées qui lient les vers et longueurs irrégulières), accélération
· Alternance récit / discours
· Polyphonie
· Différentes tonalités (ironie, tragédie)3. Des animaux qui évoquent des Hommes / La mise en scène et les acteurs

· Les personnages ont des caractères personnels identifiables (vocabulaire adapté : renard contrasteélogieux / dépréciatif, âne franchise)
· Contraste foule / certains animaux précis

II - Une scène critique de la justice et du pouvoir

1. Le pouvoir : le roi et lescourtisans

· Personnages : lion brutale et injuste
· Utilisation de modélisateurs / de verbes d’actions qui expriment la brutalité (« dévorer »)
· Nombre de vers consacrés au Roiimportant
· Courtisans : rhétorique, pouvoir de la parole, figure de style, énonciation (pas à la première personne)
· Certains ne font pas de confession : le renard

2. Lajustice

· Vocabulaire de la justice
· Scène représentant le tribunal (défilé à la barre des animaux)
· Solennité de la scène : vocabulaire hyperbolique, scène grandiose
· Rôle duloup : sorte d’avocat général
· Utilisation du vocabulaire religieux : « expier », « péché »
· Justice qui ne juge pas le crime mais le rang (moral)
· Injustice soulignéecontrastée par accumulation crimes de sang / crime de l’âne
· Voix du conteur : « peccadille » (car le loup dirait « crime abominable ») qui souligne l’ironie permettant de dénoncer l’injustice
tracking img