Jean dubuffet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1223 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean Dubuffet est né en 1901 au Havre. Il est issu d'une famille de négociant en vins. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour le dessin. Il s'inscrit à l'école des beaux-arts au Havre en 1916. Deux ans plus tard, il entre à l’Académie Julian pour étudier la peinture; il la quittera six mois après pour travailler seul. A 23 ans, il arrête la peinture, se marie et reprend le commercefamilial au Havre.
En 1930, il s'installe définitivement à Paris avec sa femme et sa fille, fonde une entreprise de négoce de vins en gros à Bercy. Il se remet à l’art et réalise des portraits d'Émilie Carlu qui devient sa seconde femme en 1937. Ses affaires, négligées, périclitent : il abandonne à nouveau la peinture. En 1939, il est mobilisé, puis muté pour indiscipline et évacué vers le sud. À sonretour à Paris en septembre 1940, il reprend en main son affaire qui prospère, entre trafic et marché noir.
À partir de 1942, riche et libre de son temps, il décide de se consacrer exclusivement à l’art et crée des images « primitives » au dessin volontairement malhabile, proche de la caricature ou du graffiti. Dans un « expressionnisme bariolé », il se met à peindre sa série Vues de Parisinspirée de dessins d'enfants. Ceux des malades mentaux, découverts au cours d'un voyage à Heidelberg, l'intéressent aussi vivement. Au printemps 1943 il produit quelques toiles sur le métro (un thème récurrent) et d’autres sur le jazz.
En 1944, il crée ses premiers Graffitis, ses Messages à l'encre de Chine, gouaches et encres de couleur sur papiers journaux. Sa première exposition a lieu en octobre1944 à la galerie Drouin. La facture de ses tableaux fait scandale. Dubuffet se détourne de la peinture à l'huile traditionnelle pour des mélanges de sa confection : céruse, mastic liquide, sable, graviers, goudron, vernis, plâtre, poussière de charbon, éclats de verre… Sur cette pâte, il incise, coupe, racle avec un grattoir, une cuiller, un couteau ou même ses doigts. En 1947, ses Portraitsd'écrivains suscitent un autre scandale : à l'origine, des portraits de Jean Paulhan (1945) à l'encre de Chine et à la gouache. Ces toiles ont pour titre Léautaud sorcier peau-rouge, Ponge plâtre meringué, Tapié grand-duc, Michaux façon momie…
Entre 1947 et 1949, il entreprend plusieurs voyages dans le Sahara. Il réalise une série de gouaches, de nombreuses peintures à la colle et des dessins auxcrayons de couleur, travail préliminaire à un cycle sur le désert qui ne verra jamais le jour.

Dès juillet 1945, Jean Dubuffet a commencé en France et en Suisse une collection curieuse ; il s'agit d'œuvres d'expression populaire, de sculptures, peintures, tapisseries, objets divers élaborés par des médiums, malades mentaux, artisans marginaux et détenus. Il invente le terme « d'art brut » pourdécrire leur art spontané, ignorant les canons artistiques. Les œuvres sont d'abord exposées dans le sous-sol de la galerie Drouin (novembre 1947). Au printemps 1948, Dubuffet fonde avec André Breton, Michel Tapié et Jean Paulhan la Compagnie de l'art brut, vouée à l'étude et à la diffusion de l'art involontaire, sans culture ni tradition. La collection voyage avant de trouver refuge à Lausanne, en1976, où elle constitue aujourd'hui le fonds du musée de l'Art brut.
En 1955, il reprend les Assemblages abordés deux ans plus tôt ; ce sont des collages et assemblages de fragments de tableaux, de textures et de morceaux de papier tachés d'encre. Il conçoit aussi les Tableaux d'assemblages. Son goût déjà évident pour les textures riches et empâtées débouche sur le cycle des Texturologies (1957),hauts-reliefs de matériaux mixtes et en partie non picturaux d'où toute anecdote ou figuration est exclue. Il réalise également ses premiers tableaux en ailes de papillons (1953), revenant plusieurs fois à cette technique (1955, 1957).
De 1958 à 1962, il travaille à des compositions (cycle des Phénomènes), réalise une série d'assemblages d'empreintes sur le thème des Barbes, marie des...
tracking img