Jean ferrat

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2654 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Biographie[modifier]Sa jeunesse[modifier]Le père de Jean Ferrat, Mnacha (dit Michel) Tenenbaum[3], est un artisan joaillier qui composait pièces et parures pour des commanditaires parisiens. Né en 1886 à Ekaterinodar (aujourd'hui Krasnodar)[4], il émigre de Russie en France en 1905, y obtenant sa naturalisation en 1928. Entre-temps, il épouse Antoinette Malon, originaire du Puy-de-Dôme[5],ouvrière dans une entreprise de fleurs artificielles. Après son mariage, celle-ci quitte son emploi pour élever les quatre enfants qu'aura le couple : Raymonde, Pierre, André et Jean, le cadet, d'une vingtaine d'années plus jeune que Raymonde, l'aînée[6]. En 1935, la famille s’installe à Versailles.
Le chanteur est fortement marqué par l'occupation allemande. Il a onze ans lorsque son père, Juif nonpratiquant, est enlevé aux siens, séquestré au camp de Drancy, puis déporté (le 30 septembre 1942) à Auschwitz[7], dans le cadre de la Solution finale[8] — Ferrat évoque cet enlèvement dans la chanson Nul ne guérit de son enfance. L'enfant est caché un moment par des militants communistes, puis la famille (Jean, sa mère, sa sœur et ses frères) se réfugie en zone libre, à Font-Romeu[9]. Il y restedeux ans, et y suit sa sixième et sa cinquième. Jean retourne ensuite vivre à Versailles avec sa tante. Il y poursuit ses études au collège Jules-Ferry (aujourd’hui lycée Jules-Ferry). En juin 1944, la famille décide de les faire retourner en Cerdagne afin d'éviter les affrontements qui s'annoncent, liés à la Libération. Mais, arrivés à Perpignan, ils reçoivent l'instruction de ne pas terminer letrajet : sa sœur est retenue par la Gestapo à la citadelle de Perpignan, tandis que l'un de ses frères se cache dans la montagne et que sa mère est interrogée par la Gestapo. Jean et sa tante logent alors à l'hôtel pendant un peu plus d'un mois, jusqu'à ce que sa sœur soit libérée[5]. La famille gagne alors Toulouse, où elle est logée un temps par les parents de la belle-sœur de Jean, puis chez unefamille de paysans dans l'Ariège, grâce aux réseaux de résistants dont fait partie le beau-père de Pierre Tenenbaum, Marcel Bureau[10],[5].
À seize ans, il doit quitter le collège pour aider financièrement sa famille. Sans diplômes ni expérience, il est embauché comme aide-chimiste[11]. De manière à progresser, il prend des cours du soir puis poursuit pendant plusieurs années un cursus auConservatoire national des arts et métiers en vue de devenir ingénieur chimiste. Il quitte définitivement ce milieu en 1954 pour celui de la vie de bohème et, principalement, des cabarets de la Rive droite.
Ses débuts dans le monde du spectacle[modifier]Attiré par la musique et le théâtre, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dansun orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des passages au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique.
En 1956, il met en musique Les yeux d’Elsa, poème de Louis Aragon dont il sera toute sa vie l'admirateur[12]. C’est André Claveau, alors fort en vogue, qui interprète la chanson et apporte undébut de notoriété à Jean, qui se produit au cabaret parisien La Colombe de Michel Valette, en première partie de Guy Béart.


Jean Ferrat (à droite) et son ami Guy Thomas.
En 1958, il sort chez Vogue son premier 45 tours EP, qui ne rencontre guère de succès. Une jeune chanteuse, Christine Sèvres, qu'il rencontre en 1956, reprend quelques-unes de ses chansons. Il l’épouse fin 1960, après 3ans de cohabitation.
C’est la rencontre en 1959 de Gérard Meys, qui devient son éditeur et son ami, qui lance sa carrière. Il signe chez Decca et, l’année suivante, sort son second 45 tours EP avec la chanson Ma Môme, son premier succès, et passe sur toutes les ondes. Pratiquement en même temps, RCA publie un 45 tours EP des 4 chansons qu'il a enregistrées sous le pseudo de Noël Frank, qui...
tracking img