Jean-jacques rousseau - les confessions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1323 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Arnaud Couturieux

Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau


Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau présente l’intérêt de développer des idées parfois contradictoires, au moyen d’une narration à rebondissements, mettant en exergue une série d’éléments dominants mais toujours contrebalancés par d’autres, moins évidents ou moins immédiats, maissystématiquement évoqués par l’auteur au moyen de signes contredisant l’idée principale de chaque paragraphe (ou suite de paragraphes). Dans la mesure où une double-lecture est possible, notamment par le biais d’oppositions et de contradictions, l’utilisation de deux méthodes, ou théories littéraires, semble appropriée. Pour cet extrait des Confessions, œuvre publiée en 1782 à titre post-mortem et à caractèrefortement autobiographique, nous étudierons le texte par le biais de deux méthodes distinctes. Dans un premier temps, nous verrons avec la méthode de Jakobson que cet extrait des Confessions recèle des fonctions esthétiques et expressives fortement dominantes. Dans un second, l’utilisation des codes définis par Roland Barthes, et plus particulièrement le code sémique, seront utilisés afin desouligner les contradictions thématiques et stylistiques du texte. Ces deux approches seront appliquées à trois des thèmes principaux de cet extrait, sous formes d’oppositions : l’unicité et la banalité, la dimension romantique et la dimension réaliste et, enfin, la malédiction et la bénédiction.

I – Unicité et banalité

Au cours des deux premiers paragraphes de l’extrait, la notion d’unicitéest omniprésente et, en s’attardant sur la fonction esthétique et expressive du passage, on se rendra compte que Jean-Jacques Rousseau parvient à exprimer cette notion de manière éloquente : « je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur ». Dès cette première phrase, Rousseau se place en initiateur et non en suiveur, il se définit comme unique.La proposition « qui n’eut jamais d’exemple », avec sa subordination et l’adjonction de l’adverbe « jamais », indique que Rousseau se considère libre de toute influence extérieure et donc unique, à la fois en tant que créateur et en tant qu’homme. Ici, la fonction esthétique est déjà importante, notamment avec l’utilisation du passé simple, un temps très littéraire par essence. Juste ensuite,Rousseau écrit : « Moi seul. Je sens mon cœur. […] Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ». Ici, la fonction expressive du texte fait son apparition. L’utilisation du verbe « sentir » et du substantif « cœur » permet au langage émotionnel, cher à Rousseau, de véhiculer ses idées avec beaucoup d’à propos. Nous verrons plus tard, notamment lors de l’opposition entre la dimension réaliste etla dimension romantique, que Rousseau donne une part prépondérante à cette fonction expressive.

Malgré tous ces éléments visant à se présenter comme une personne unique, Rousseau apparait, par moments, en contradiction avec ses propres propos : « Je veux montrer à mes semblables… ». Ici, le sème « semblables », qui réfère à l’idée abstraite de pluralité, en opposition avec la notiond’unicité, dénote d’une incertitude de la part de Rousseau quant à sa singularité en tant que personne. En effet, « semblables » peut sous-entendre une similarité avec d’autres personnes. Par ailleurs, dans la continuité, Rousseau écrit : « Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m’a jeté ». Ici aussi, le sème « moule », renvoyant à la notion abstraite de façonnage de l’esprit,indique que l’auteur a, du moins à un certain point de sa vie (et d’après ses propos), été conforme au reste de ses semblables.

II – Dimension romantique et dimension réaliste

De manière similaire au premier sujet abordé, Rousseau évoque par la suite de nombreux souvenirs d’enfance de manière très autobiographique. L’auteur, à maintes reprises, utilise des expressions touchant au...
tracking img